Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

La valeur du jour en Europe INDITEX trébuche malgré un bon trimestre et des perspectives encourageantes
information fournie par AOF09/06/2021 à 11:56

(AOF) - Inditex recule de 1,8% à 31,72 euros à Madrid. Pourtant, le géant espagnol du prêt-à-porter a publié ce matin des résultats bien meilleurs qu'attendu. En effet, son bénéfice au premier trimestre de son exercice 2021 (période de février à avril) s'est établi à 421 millions d'euros, après une perte de 409 millions un an plus tôt, alors que les analystes sondés par Refinitiv anticipaient 359,29 millions d'euros. L'EBITDA a quant à lui été multiplié par 2,6 pour atteindre 1,24 milliard d'euros ; le consensus rapporté par Invest Securities tablait sur 1 milliard.

"Les résultats d'Inditex au premier trimestre 2021 (février-avril) montrent une forte reprise des opérations, s'est réjoui la maison-mère de la marque Zara. Les résultats ont été significativement affectés par la crise sanitaire, avec des fermetures temporaires de magasins et des restrictions d'opérations sur des marchés clés tels que le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Portugal et le Brésil".

"Pour minimiser l'impact, nous avons géré activement notre chaîne d'approvisionnement, nos stocks et nos dépenses d'exploitation au cours de la période", a expliqué le groupe espagnol.

Bien que son trimestre ait été encore affecté par "restrictions sanitaires persistantes en début de trimestre (24% d'heures d'ouvertures de magasins perdus, 84% des magasins ouverts en fin de trimestre)", Invest Securities note qu'il a bénéficié de "forts effets de base qui jouent en particulier sur le mois d'avril qui correspond au pic des restrictions sanitaires l'an passé".

Insuffisant toutefois pour retrouver les niveaux pré-pandémie. Certes, le chiffre d'affaires a progressé de 56% à taux de change constants (tcc) à 4,94 milliards d'euros, contre 4,8 milliards attendus, mais il reste 11,5% à tcc en dessous de celui de 2019 à la même époque, en dépit de ventes en lignes en hausse de 67%.

Inditex devrait malgré tout continuer de bénéficier de la réouverture des économies, ce qui se ressent d'ores et déjà sur l'activité du début du second trimestre. En effet, les ventes entre le 1er mai et le 6 juin 2021 ont progressé de 102% par rapport à la même période en 2020 et de 5% par rapport à la même période en 2019, avec actuellement 98% des magasins ouverts.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Réduction de l’emprunte carbone pour les produits d’entretien

Suite aux préoccupations environnementales croissantes des consommateurs, les lessives, produits d’entretien de la maison bio ou verts sont en plein essor. De même que le créneau des produits naturels, comme le bicarbonate de soude, le savon noir ou le vinaigre ménager. Les bonnes performances de petites marques comme YOU, Maison Verte (groupe Swania) ou L’Arbre Vert incitent les géants du secteur à prendre un virage écologique. Swania est le numéro deux des produits d'entretien écologiques derrière L'Arbre Vert.

Le groupe Unilever va investir 1 milliard d'euros pour abandonner complètement les produits chimiques dérivés de combustibles fossiles pour ses produits d'entretien et de nettoyage d'ici à 2030.

Difficultés inédites pour les grands magasins

Le secteur doit affronter une conjonction d’épreuves inédites suite à la crise sanitaire : fermeture des points de vente, désertion des clients internationaux et désaffection des Français pour la mode. Les Galeries Lafayette vont perdre la moitié de leur chiffre d’affaires cette année (soit 1,7 milliard d’euros) et subir des pertes d’exploitation très significatives, comme ils n’en ont jamais enregistré depuis vingt-cinq ans. Le retour en France des touristes internationaux devrait être très progressif. Le groupe estime qu’il ne devrait retrouver le niveau de 2019 qu’en 2024. Le Bon Marché ou Le BHV pâtissent également du télétravail et des nouvelles restrictions à l’utilisation de la voiture dans la capitale. Le groupe Printemps, qui a obtenu un PGE de 150 millions d’euros, va fermer sept magasins en France. Pour se redresser, les acteurs misent sur le numérique et modifient leur positionnement en se tournant davantage vers la clientèle locale et en transformant les magasins en des lieux de vie.

Valeurs associées

Sibe -1.94%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 09/06/2021 à 11:56:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.