Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

La valeur du jour en Europe - GENERALI consolide le marché italien de l'assurance
information fournie par AOF31/05/2021 à 16:03

(AOF) - L'assureur italien Generali a annoncé le lancement d'une offre de rachat sur son concurrent, Cattolica, dont il possède déjà plus de 24% du capital. Le concurrent d'Axa propose 6,75 euros en numéraire par action, soit une prime de 11,6% par rapport au cours de clôture de vendredi, sachant que le titre avait bondi de près de 15% au cours de cette séance. Le titre Cattolica gagne encore 14,29% à 6,92 euros tandis que l'action Generali gagne 0,21% à 16,88 euros.

Cette opération permettra à la firme de Trieste de consolider sa position sur le marché italien de l'assurance et d'accélérer la diversification du mix d'activités vers le segment P&C (Dommages), conformément aux orientations du plan stratégique.

Generali anticipé des synergies de coûts et de revenus de plus de 60 millions d'euros par an avant impôts grâce principalement à des économies d'échelle.

Les coûts d'intégration connexes sont estimés à un total d'environ 150 à 200 millions d'euros avant impôts, qui seront engagés au cours des quatre prochaines années. Generali s'attend à un risque d'exécution limité dans la mise en œuvre de la fusion entre les deux groupes, grâce au partenariat stratégique déjà en cours avec Cattolica et compte tenu son l'expérience dans la gestion des intégrations.

Son impact sur le ratio de solvabilité sera de 7,8 points.

La transaction devrait être finalisée d'ici la fin de l'année.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les assureurs souhaitent agir sur le risque climatique

Sur les vingt-cinq dernières années, le coût lié à l'indemnisation des sinistres climatiques a plus que doublé. Il est passé de 1,2 milliard d’euros en moyenne entre 1984 et 1989 à 3,2 milliards d’euros entre 2015 et 2018. Le coût des sinistres devrait continuer à croître et la Fédération Française de l'Assurance (FFA) chiffre les surcoûts à 13 milliards d’euros d’indemnisation à l’horizon 2040.

Dans un premier temps, les assureurs ont revu leurs conditions de couverture. En France, depuis le début des années 2000, les assureurs de la forêt ne couvrent plus la région méditerranéenne. À plus long terme, le secteur vise une meilleure prévention de ces aléas climatiques. La FFA a récemment créé un Observatoire de la Finance Durable pour encourager ses adhérents à contribuer à l'objectif de neutralité carbone à l'horizon 2050.

Valeurs associées

MIL +1.61%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 31/05/2021 à 16:03:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.