Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La valeur du jour en Europe - Adidas plombé par un trimestre décevant et des perspectives moins brillantes
information fournie par AOF10/11/2021 à 11:37

(AOF) - Adidas se place dernier du Dax mercredi, avec une chute de 5,06% à 280,55 euros. Le célèbre équipementier allemand paye la publication ce matin de résultats trimestriels décevants: son bénéfice opérationnel s'est ainsi établi à 672 millions d'euros (-8,5%) au troisième trimestre 2021, alors que le consensus visait 675 millions. De même, la marge brute est restée 100 millions d'euros inférieure aux attentes des analystes, à 2,88 milliards d'euros (+3,1%).

Pour leur part les ventes se sont élevées à 5,75 milliards d'euros, en hausse de 3,4% en publié, alors que le marché escomptait 5,87 milliards. Corrigée des effets de change, elles ont progressé de 3%, en dépit de "facteurs externes" ayant entravé les opérations de la célèbre marque de sport.

"Au total, l'environnement de marché difficile en Grande Chine, les importants blocages liés à Covid en Asie-Pacifique ainsi que les perturbations de la chaîne d'approvisionnement à l'échelle du secteur ont réduit la croissance du chiffre d'affaires d'environ 600 millions d'euros au troisième trimestre", a expliqué Adidas.

Malgré cet environnement de marché difficile, le groupe a maintenu son objectif de croissance de chiffre d'affaires à 20%, hors effets de change, mais vise désormais le bas de la fourchette de 1,4-1,5 milliard d'euros concernant le résultat des activités poursuivies (consensus à 1,46 milliard d'euros). La marge d'exploitation est elle aussi attendue dans le bas de la fourchette communiquée de 9,5% à 10% (9,7% attendus).

"Dans le même temps, en raison de la hausse significative des coûts de la chaîne d'approvisionnement ainsi que d'un mix de marché moins favorable, la marge brute devrait désormais augmenter pour atteindre un niveau compris entre 50,5% et 51% en 2021 (précédemment : environ 52 %)", conclut Adidas.

AOF - EN SAVOIR PLUS

La Chine devient le premier consommateur de cosmétiques français

Les exportations du secteur français de la cosmétique ont reculé de 11,8%, à 15,7 milliards d'euros en 2020. La crise sanitaire a désorganisé la production et la logistique de la filière, qui conserve néanmoins sa position de deuxième contributeur au solde positif du commerce extérieur. La France maintient également sa place de leader mondial du secteur (24 % de parts de marché).

Dans un mouvement similaire à celui de l'industrie du luxe , la Chine est devenue le premier marché, devant l'Allemagne et les Etats-Unis. En 2020, les exportations vers ce pays ont bondi de 20,7%, alors qu'elles reculaient de 15% vers les Etats-Unis et de 24% vers l'Allemagne. D'après la Fédération des entreprises de la beauté, la Chine est de loin le premier acheteur de rouge à lèvres français, avec plus d'un rouge à lèvres sur quatre exportés.

Valeurs associées

XETRA -0.24%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 10/11/2021 à 11:37:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.