Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La valeur du jour à Wall Street WALT DISNEY coule en bourse après ses mauvais chiffres des abonnement au streaming
AOF14/05/2021 à 16:58

(AOF) - Disney dégringole de 4,18% au Dow Jones, à 170,89 dollars par action, après avoir révélé un nombre d'abonnés à son service de streaming phare, Disney+, largement en-dessous des attentes. La plateforme de vidéo à la demande comptait en effet 103,6 millions d'abonnés au 3 avril 2021 (en hausse de 9,2%, soit +8,7 millions, par rapport à début janvier), alors que les analystes en attendaient 109,26 millions. La firme de Mickey est victime de la saturation du marché américain, et doit notamment se battre contre Netflix, HBO Max d'AT&T, ou encore, depuis peu, Paramount+ de ViacomCBS.

Les revenus de la division Direct-to-Consumer, à laquelle appartient Disney+, ont néanmoins progressé au premier trimestre 2021 (le second trimestre de l'exercice fiscal) de 59% à 4 milliards de dollars, mais tombent juste sous les 4,05 milliards attendus par les analystes. Cette croissance a avant tout été portée par les performances des autres services vidéos de Disney, à savoir Hulu (41,6 millions d'abonnés), qui a vu ses revenus publicitaires et des abonnements progresser, et, dans une moindre mesure, ESPN+ (13,8 millions d'abonnés), qui a profité de la performance du service de pay-per-view de l'Ultimate Fighting Championship.

"Les résultats de Disney+ sont comparables à ceux du trimestre de l'année précédente, a expliqué la société hollywoodienne, l'augmentation du nombre d'abonnés ayant été largement compensée par l'augmentation des coûts de programmation, de production, de marketing et de technologie. largement compensée par l'augmentation des coûts de programmation et de production, de marketing et de technologie".

En dépit de la contre-performance de sa nouvelle pépite, pour le reste, Disney n'a pas forcément à rougir: le bénéfice par action ajusté a en effet bondi de 32% sur un an, à 79 cents, alors que le consensus FactSet visait à peine 26 cents.

Quant au chiffre d'affaires trimestriel, il a certes reculé de 13%, à 15,61 milliards de dollars, contre 15,86 milliards attendus, mais il a surtout pâti d'un effet de base défavorable, puisque la plupart de ses parcs à thème et des cinémas sont restés fermés au cours du premier trimestre 2021, quand les restrictions du premier trimestre 2020 ont surtout débuté au mois de mars.

AOF - EN SAVOIR PLUS

La presse magazine en effervescence

En deux ans cette presse a considérablement évolué en France. Les trois groupes leaders (Lagardère, Bertelsmann et Mondadori) se sont quasiment désengagés pour laisser la place à de nouveaux acteurs. Le groupe Lagardère ne conserve aujourd'hui que « Paris Match » et le « JDD ». Les titres « Elle », « Version Femina », « Télé 7 Jours », « France Dimanche », « Ici Paris » ont été cédés à un nouvel entrant, Czech Media Invest (CMI), contrôlé par le tchèque Daniel Kretinsky.

Pascal Chevalier, issu de la Net économie, s'est, lui, emparé de Mondadori France (« Grazia », « Biba », « Closer », « Science & Vie ») l'an passé, après avoir repris « Marie France » en 2013. Son groupe dispute désormais la position de leader avec Prisma Media qui pourrait tomber dans le giron de Vivendi, contrôlé par Vincent Bolloré. Prisma Media détient notamment les titres « Femme Actuelle », « Geo », « Gala », « Voici », « Télé-Loisirs » et « Capital ».

Valeurs associées

NYSE +0.99%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 14/05/2021 à 16:58:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer