1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La valeur du jour à Wall Street - UBER : perte abyssale au deuxième trimestre, le marché sanctionne
AOF09/08/2019 à 16:52

(AOF) - C'est la sortie de route pour Uber. Le leader mondial de la réservation de voitures avec chauffeur (VTC) chute de 6,75% à 40,10 dollars sur la place de New York. Le titre a même perdu jusqu'à 12% en pré ouverture. Le problème ? La perte abyssale accusée par le groupe au deuxième trimestre 2019, liée à son introduction en Bourse. Pour cette fois, Uber perd donc la manche face à son rival Lyft, dont le relèvement des perspectives annuelles a été salué hier à Wall Street.

Dans le détail, Uber a publié jeudi soir une perte nette de 5,24 milliards de dollars au deuxième trimestre, ou -4,72 dollars par action, à comparer avec une perte nette de 878 millions de dollars, ou -2,01 dollars par action, un an plus tôt. Le consensus FactSet attendait une perte bien moins lourde à -2,03 dollars par action.

Le groupe a été pénalisé par des dépenses exceptionnelles de 3,9 milliards de dollars liés aux rémunérations en actions distribuées à ses employés à l'occasion de son introduction en Bourse en mai dernier.

Toutefois, même en mettant de côté ces frais, Uber affiche une perte de 1,3 milliard de dollars au deuxième trimestre, contre 1 milliard au premier trimestre.

Pour sa part, le chiffre d'affaires d'Uber a progressé de 14% à 3,17 milliards de dollars au deuxième trimestre. Toutefois, le marché visait plus (3,3 milliards de dollars) et cela traduit un ralentissement de la croissance par rapport au premier trimestre (+20%).

" Même si nous continuons à investir massivement dans notre croissance, nous souhaitons aussi que ce soit une croissance de qualité et ce trimestre, nous avons fait des progrès en ce sens ", a plaidé Nelson Chai, le directeur financier du groupe.

Cela n'a pas suffi à convaincre les investisseurs et à éviter la panne sèche pour Uber à Wall Street.

Valeurs associées

NYSE -3.78%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 09/08/2019 à 16:52:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer