Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La valeur du jour à Wall Street - Square rachète l'australien Afterpay pour 29 milliards de dollars
information fournie par AOF02/08/2021 à 17:06

(AOF) - La course à la taille se poursuit dans le secteur des paiements. Square va débourser 29 milliards de dollars américains (soit environ 39 milliards de dollars australiens) pour acquérir l'australien Afterpay Limited, spécialisé dans les paiements différés ("buy now pay later"). La firme, créée et dirigée par le cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, n'aura pas besoin d'ouvrir son porte monnaie car la transaction se fera uniquement en actions. La prime offerte représente 30,6% par rapport au dernier cours de clôture. En Bourse, l'action Square bondit de près de 9% à 269,37 dollars.

Les actionnaires d'Afterpay recevront un rapport d'échange fixe de 0,375 action ordinaire de classe A de Square pour chaque action d'Afterpay.

La technologie d'Afterpay permet aux utilisateurs de payer des biens en quatre versements sans intérêt tout en recevant les biens immédiatement. Les clients ne paient des frais que s'ils manquent un paiement automatique. Dans un tel scénario, leur compte est également bloqué jusqu'à ce que le solde soit remboursé. Cette méthode de paiement est très appréciée des jeunes.

Square estime qu'Afterpay contribuera à la croissance de la marge brute, avec une légère baisse des marges d'Ebitda ajusté attendue au cours de la première année après la conclusion de la la transaction.

La clôture de la transaction est prévue au cours du premier trimestre de l'année civile 2022, sous réserve de l'obtention des autorisations usuelles.

L'acquisition vise à permettre aux sociétés de mieux fournir des produits et services financiers convaincants qui élargiront l'accès à davantage de consommateurs et génèreront des revenus supplémentaires pour les commerçants de toutes tailles.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Informatique - Editeurs de logiciels

La dernière étude menée par EY pour le compte du Syntec Numérique souligne que les éditeurs français ont affiché une croissance de 10% de leur chiffre d'affaires l'an passé (à 16 milliards d'euros). Néanmoins cette croissance avait atteint 13% entre la période 2016/2017. De plus certains de ces grands acteurs traversent des difficultés : ainsi Criteo, numéro deux du classement, a subi un recul de son activité (passée de 2,036 milliards en 2017 à 1,947 en 2018). De même l'activité édition de Sopra Steria a reculé de 619 millions d'euros à 615,5 millions en 2018. Sans les dix premiers éditeurs du classement, le secteur afficherait une croissance de 18%. Le chiffre d'affaires généré par le Saas est passé de 24% à 37 % en trois ans pour les éditeurs. Tous les acteurs de moins de 5 ans développent désormais des offres Saas. La plupart des éditeurs soulignent que la pénurie de talents sur le marché constitue un frein à leur développement.

Forte croissance prévue

Le marché mondial des PC devrait enregistrer une croissance de 35% au quatrième trimestre 2020 pouratteindre 143 millions d'unités,d’après le cabinet d’études Canalys.Au final le total des ventes de PC sur l’année 2020 devrait se situer à 458 millions d'unités, après un bond de 17%.La croissance devrait s’élever à1,4 % en 2021.

Au-delà de l’impact positif de la crise sanitaire, le secteur bénéficie de facteurs structurels qui devraient porter la croissance en 2021 et au-delà : le développement du travail à distance, l'apprentissage numérique et les nouveaux modes d'utilisation.

Valeurs associées

NYSE -6.17%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 02/08/2021 à 17:06:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.