Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

La valeur du jour à Wall Street SALESFORCE au sommet du Dow Jones après le relèvement de ses objectifs annuels
information fournie par AOF28/05/2021 à 16:56

(AOF) - Salesforce.com de la tête et des épaules l'indice phare de Wall Street ce vendredi, le titre s'adjugeant +5,87% à 239,09 euros. Il profite ainsi pleinement de l'annonce par le concepteur de logiciels de gestion d'un relèvement de ses objectifs annuels: alors que les analystes attendent pour l'exercice en cours un bénéfice par action ajusté de 3,44 dollars et un chiffre d'affaires de 25,75 milliards de dollars, la société basée à San Francisco vise quant à elle 3,79 à 3,81 dollars par action et des revenus de 25,9 à 26 milliards.

Auparavant, Salesforce avait prévu 3,39 à 3,41 dollars par action pour des ventes de 25,65 à 25,75 milliards de dollars. Elle s'attend par ailleurs à un BPA ajusté de 91 à 92 cents et un chiffre d'affaires de 6,22 à 6,23 milliards de dollars au second trimestre.

Le groupe a également largement dépassé les anticipations du consensus FactSet, avec un bénéfice au premier trimestre de 469 millions de dollars, soit 50 cents par action, contre un bénéfice de 99 millions, ou 11 cents par action, un an plus tôt. En données ajustées, le BPA s'établit ainsi à 1,21 dollar (+73%), contre 88 cents attendus.

Les ventes ont quant à elles, atteint le niveau record de 5,96 milliards de dollars, en hausse de hausse de 23% sur un an. Les revenus des abonnements et de l'assistance se sont élevés à 5,54 milliards de dollars, soit une augmentation de 21 % par rapport à l'année précédente, et les services professionnels et autres revenus ont atteint 0,43 milliard de dollars (+47%).

"Nous avons connu le meilleur premier trimestre de notre histoire", s'est félicité Marc Benioff, président et PDG de Salesforce. "Nous pensons que notre plate-forme Customer 360 s'avère être la technologie la plus pertinente pour les entreprises qui veulent sortir de la pandémie".

"Nous avons enregistré des niveaux records de nouvelles affaires et une solidité dans tous les produits, régions et tailles de clients", a poursuivi le dirigeant. "Notre début d'année impressionnant contribue à alimenter notre élan pour le reste de l'année, alors que nous gardons le rythme vers notre objectif de 50 milliards de dollars de revenus d'ici 2026".

AOF - EN SAVOIR PLUS

Informatique - Editeurs de logiciels

La dernière étude menée par EY pour le compte du Syntec Numérique souligne que les éditeurs français ont affiché une croissance de 10% de leur chiffre d'affaires l'an passé (à 16 milliards d'euros). Néanmoins cette croissance avait atteint 13% entre la période 2016/2017. De plus certains de ces grands acteurs traversent des difficultés : ainsi Criteo, numéro deux du classement, a subi un recul de son activité (passée de 2,036 milliards en 2017 à 1,947 en 2018). De même l'activité édition de Sopra Steria a reculé de 619 millions d'euros à 615,5 millions en 2018. Sans les dix premiers éditeurs du classement, le secteur afficherait une croissance de 18%. Le chiffre d'affaires généré par le Saas est passé de 24% à 37 % en trois ans pour les éditeurs. Tous les acteurs de moins de 5 ans développent désormais des offres Saas. La plupart des éditeurs soulignent que la pénurie de talents sur le marché constitue un frein à leur développement.

Des emplois menacés

Selon les prévisions du Syndicat professionnel des acteurs du numérique (Syntec Numérique), le recul de l’activité devrait atteindre 4,6% pour l’ensemble de l’année 2020. Néanmoins la fin d’année a été plus clémente pour les professionnels. La situation s’est légèrement améliorée depuis septembre, au niveau des appels d’offres et du carnet de commandes.

Les acteurs du conseil en technologies auront particulièrement souffert en 2020, en enregistrant une chute de 12,3% de leur activité. Ils sont, en effet, très présents dans deux secteurs particulièrement impactés par la crise sanitaire, l’aéronautique civile et l’automobile. C’est dans le conseil en technologies que le risque de suppressions d’emplois est le plus important. Syntec Numérique évalue à 10.000 les postes en danger sur ce créneau.

Très prudents, les professionnels s’attendent à un rebond de 1% pour le secteur en 2021. 

Valeurs associées

NYSE +2.85%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 28/05/2021 à 16:56:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.