Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La valeur du jour à Wall Street - Procter & Gamble pénalisé par la hausse de ses coûts
information fournie par AOF19/10/2021 à 17:09

(AOF) - Procter & Gamble se classe dernier du Dow Jones mardi, reculant de 1,48% à 140,23 dollars par action, dans la foulée de la publication de résultats trimestriels en repli. Comme de nombreux grands groupes, le fabricant de produits de grande consommation a également prévenu qu'il ferait face au cours de son exercice 2022 à une charge de 2,3 milliards de dollars en raison de la hausse des coûts des produits de base et du fret. Un montant qui aura un impact négatif de 90 cents sur le bénéfice par action annuel.

Des coûts supplémentaires se sont déjà fait ressentir dans les chiffres du dernier trimestre puisque, entre juillet et septembre (le premier trimestre de son exercice 2022), P&G a vu sa marge opérationnelle reculer de 260 points de base sur un an. Ils ont également fait reculer le bénéfice par action à 1,61 dollar contre 1,63 dollar il y a un an. Ce dernier est malgré tout resté supérieur au consensus FactSet, qui visait 1,59 dollar.

Les ventes ont quant à elles progressé de 5% (dont 4% en organique) à 20,338 milliards de dollars, contre un consensus de 19,826 milliards. Le fabricant de produits de grande consommation a également réitéré ses objectifs malgré une hausse anticipée des coûts de 2,1 milliards.

"Nous avons obtenu de solides résultats au cours de notre premier trimestre de l'exercice 2022 dans un environnement de coûts et d'exploitation difficile, a déclaré David Taylor, président du conseil, président et CEO de P&G. Ces résultats nous permettent de rester en bonne voie pour atteindre nos objectifs de chiffre d'affaires, de résultat et de trésorerie pour l'exercice".

Le groupe basé à Charlotte, en Caroline du Nord, table en effet toujours sur une croissance organique des ventes comprise entre 2% et 4% en 2022 et sur une hausse du bénéfice par action dilué de 6% à 9%.

Enfin, P&G prévoit de verser plus de 8 milliards de dollars de dividendes et de racheter 7 à 9 milliards de dollars d'actions ordinaires au cours du nouvel exercice.

AOF - EN SAVOIR PLUS

La Chine devient le premier consommateur de cosmétiques français

Les exportations du secteur français de la cosmétique ont reculé de 11,8%, à 15,7 milliards d'euros en 2020. La crise sanitaire a désorganisé la production et la logistique de la filière, qui conserve néanmoins sa position de deuxième contributeur au solde positif du commerce extérieur. La France maintient également sa place de leader mondial du secteur (24 % de parts de marché).

Dans un mouvement similaire à celui de l'industrie du luxe , la Chine est devenue le premier marché, devant l'Allemagne et les Etats-Unis. En 2020, les exportations vers ce pays ont bondi de 20,7%, alors qu'elles reculaient de 15% vers les Etats-Unis et de 24% vers l'Allemagne. D'après la Fédération des entreprises de la beauté, la Chine est de loin le premier acheteur de rouge à lèvres français, avec plus d'un rouge à lèvres sur quatre exportés.

Valeurs associées

Euronext Paris 0.00%
NYSE +1.77%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 19/10/2021 à 17:09:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.