Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La valeur du jour à Wall Street - INTEL : le nouveau patron Pat Gelsinger donne son impulsion
AOF24/03/2021 à 17:14

(AOF) - Intel a fait flèche de tout bois hier en termes d'annonces. Le numéro un mondial des semi-conducteurs a dévoilé 20 milliards de dollars d'investissements pour deux nouveaux sites de production aux Etats-Unis, mais également un recours accru à des fondeurs tiers, sans oublier les progrès réalisés dans sa technique de production 7 nm. Outre ces nouveaux développements sur le plan industriel, la firme de Santa Clara (Californie) a présenté des objectifs 2021 jugés prudents par les analystes. En Bourse, l'action Intel cède 0,32% à 63,28 dollars.

Si deux sites seront construits aux Etats-Unis à partir de 2021 pour un investissement de 20 milliards, le groupe américain entend devenir " un important fournisseur de capacités de fonderie " dans ce pays, mais aussi " en Europe pour servir des clients dans le monde entier ". Pour cette industrie, une fonderie est une entreprise spécialisée dans la fabrication de semi-conducteurs pour le compte d'entreprises ne faisant que les concevoir.

De plus, le nouveau patron d'Intel Pat Gelsinger prévoit d'annoncer la prochaine phase d'expansion des capacités aux États-Unis, en Europe et sur d'autres sites mondiaux dans le courant de l'année.

L'activité de fonderie du groupe constituera ainsi une nouvelle division, Intel Foundry Services (IFS), dirigée par le Dr Randhir Thakur, vétéran de l'industrie des semi-conducteurs, qui rendra compte directement à Pat Gelsinger. Elle fabriquera des puces conçues par Intel, mais également celles utilisant d'autres architectures.

" Jusqu'à présent, Intel n'a pas eu de succès en tant que fondeur. Toutefois, compte tenu de l'importance accrue accordée à l'approvisionnement local dans des régions telles que les États-Unis et l'Europe et de la probabilité qu'Intel soit en mesure de recevoir des subventions dans ces deux régions, nous voyons une plus grande probabilité de succès pour Intel Foundry Services cette fois-ci ", a commenté JPMorgan. Il faudra cependant au moins deux ans pour qui'IFS ait un impact sur les revenus, prévient l'analyste.

Au-delà de la pénurie actuelle des semi-conducteurs, les gouvernements américain et européens s'inquiètent d'une trop grande dépendance à l'égard de Taïwan, où sont concentrés les fondeurs les plus importants et les plus avancés. Il s'agit d'un enjeu d'autant plus stratégique que Taïwan est dans le viseur de la Chine, dont l'objectif est de faire revenir l'ancienne Formose dans son giron. 

Intel a d'ailleurs indiqué que, grâce à une utilisation accrue de la technologie EUV, le développement de sa technologie de production en 7 nm " progressait bien ". Elle devrait être utilisée pour la production en grands volumes à partir de 2023. Les retards annoncés en juillet dernier dans cette technologie de production avaient ravivé les inquiétudes sur la position concurrentielle.

En parallèle, le groupe américain va cependant faire un appel plus important à des fondeurs tiers, y compris pour des produits au cœur de son offre à partir de 2023. " Cela fournira la flexibilité et l'échelle accrues nécessaires pour optimiser la feuille de route d'Intel en matière de coûts, de performances, de calendrier et d'approvisionnement ", s'est justifié son patron.

Enfin, Intel a dévoilé des prévisions 2021 plus faibles que prévu. Le groupe vise 76,5 milliards de dollars de revenus et 4,55 dollars de bénéfice par action ajusté. Le marché anticipe pour sa part respectivement 72,94 milliards de dollars et 4,77 dollars. Il va également investir entre 19 et 20 milliards de dollars cette année.

Jugeant prudentes ces prévisions, UBS a rappelé qu'Intel a nettement dépassé ses objectifs ces 5 dernières années.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Optimisme pour le secteur

Les ventes sur trois mois (de septembre à novembre) ont augmenté de 8,3% au niveau mondial par rapport aux trois mois précédents (de juin à août). En Europe, la progression est même supérieure (de 13,8%).

En dépit de la pandémie et d'autres facteurs macroéconomiques, les experts prédisent en 2020 des ventes annuelles bien supérieures à celles de 2019.

Sur ce secteur en croissance, l'Europe cherche à renforcer ses positions. Elle ne détient que 10% du marché mondial, évalué à 440 milliards d'euros. Par ailleurs elle est de plus en plus dépendante d'importations en provenance des États-Unis ou de pays asiatiques. Treize Etats de l'Union européenne, dont la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la Belgique et les Pays-Bas, se sont récemment alliés pour investir en commun et ainsi renforcer la capacité de l'Europe à développer les processeurs et semi-conducteurs de prochaine génération.

L'indice de réparabilité entre en vigueur en France

Cet indice, sur une échelle de 1 à 10,  va permettre aux consommateurs de savoir si les produits peuvent facilement être réparés ou non. Son affichage est obligatoire depuis le 1er janvier 2021. Cette mesure s'inscrit dans la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire votée en février 2020.

D'après l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, seuls 35% des Français déclarent avoir eu recours aux réparations. Les autorités visent un taux de réparation des produits électriques et électroniques de  60 % d'ici à cinq ans.

Pour le moment l'initiative est limitée à la France mais l'Europe réfléchit également à une approche similaire pour lutter contre le gaspillage et l'obsolescence programmée.

Valeurs associées

NASDAQ -2.64%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 24/03/2021 à 17:14:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer