Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La valeur du jour à Wall street - Activision Blizzard tire son épingle du jeu dans un contexte dégradé
information fournie par AOF04/08/2021 à 16:49

(AOF) - Dans un contexte troublé par des accusations de harcèlement et de sexisme, des effets de base défavorables et la menace d'un durcissement de l'environnement réglementaire en Chine, Activision Blizzard est parvenu à tirer son épingle du jeu au second trimestre. L'éditeur de jeux vidéo a en effet de nouveau relevé ses objectifs annuels à la faveur d'une performance meilleure que prévu. En Bourse, l'action Activision Blizzard progresse de 1,93% à 81,37 dollars.

Au deuxième trimestre, clos fin juin, le bénéfice net par action d'Activision Blizzard s'est élevé à 876 millions de dollars, soit 1,12 dollar par action, contre un bénéfice de 580 millions de dollars (75 cents par action) un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 91 cents, soit 16 cents de mieux que le consensus.

Le chiffre d'affaires du studio a augmenté de 7,5% à 2,296 milliards de dollars. Sur une base ajustée, le chiffre d'affaires du studio éditant la série Call of Duty et World of Warcraft s'est élevé à 1,92 milliards de dollars alors que le marché anticipait seulement 1,89 milliard.

Le groupe a précisé que Call of Duty Mobile était sur la bonne voie pour dépasser le milliard de dollars de revenus sur l'année.

Fort de cette bonne performance, le concurrent d'Ubisoft a relevé ses objectifs annuels. Il vise désormais un bénéfice par action ajusté de 3,76 dollars contre 3,7 dollars auparavant. Le marché cible 3,77 dollars. Sa prévision de revenus ajustés est de 3,65 milliards de dollars.

Activision Blizzard a cependant prévenu que son activité pourrait être affectée par la plainte de l'Etat de Californie à propos de ses pratiques en matière d'emploi, de rémunération et de comportements sur le lieu de travail. Le groupe a indiqué qu'il prendrait rapidement des mesures " pour garantir un environnement de travail sûr et accueillant pour tous les employés ".

Il a également ajouté : " Nous avons engagé un cabinet d'avocats pour qu'il procède à un examen de nos politiques et procédures afin de nous assurer que nous avons et maintenons les meilleures pratiques pour promouvoir un lieu de travail respectueux et inclusif. Nous ajouterons du personnel supplémentaire à nos équipes de conformité et de relations avec les employés, ce qui renforcera nos capacités à enquêter sur les préoccupations des employés ".

AOF - EN SAVOIR PLUS

Croissance du marché pour 2020

Le marché total du jeu vidéo a bondi de 51% en Europe pendant le premier confinement, du 16 mars au 31 mai. Ensuite, le secteur a bénéficié des sorties de jeux vidéo qui ont rencontré un vif succès : « Final Fantasy VII Remake », «  Ghost of Tsushima », « The Last of us 2 » (tous trois jeux de la console PS4 de Sony),  « Super Mario 3D All-Stars » (console Switch de Nintendo), « World of Warcraft » (jeu sur PC) ou encore « Cyberpunk 2077 » (PC, PS4, Xbox).

En revanche, en France le second confinement a eu un impact négatif sur les ventes, illustrant l’impact de la fermeture des magasins et des rayons dits non essentiels. Néanmoins le SELL (Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs) estime qu’au final l’année 2020 sera une très bonne année pour le marché français. Les ventes réalisées en e-commerce sont à des niveaux très élevées. Les foyers se sont équipés en consoles et en accessoires lors du premier confinement, et les ventes de la PlayStation 5 et des Xbox Series sont très bonnes. La demande est même bien supérieure à l’offre disponible. L’an passé, le marché du jeu vidéo représentait 4,8 milliards d’euros, en recul de 2,8% par rapport à 2018.

Valeurs associées

NASDAQ +25.34%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 04/08/2021 à 16:49:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.