1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La valeur du jour à Paris Trump s'attaque au luxe français
AOF03/12/2019 à 11:27

(AOF) - Hermès (-2,8%), Kering (-1,9%) et LVMH (-1,8%) figurent parmi les principales baisses de l'indice CAC 40 alors que Washington menace d'instaurer 2,4 milliards de dollars de droits de douane sur des produits français en représailles de la taxe française sur les services numériques. Selon l'enquête du Bureau du représentant américain au commerce, elle serait discriminatoire vis-à-vis des sociétés numériques américaines, telles que Google, Apple, Facebook et Amazon.

Elle serait en outre incompatible avec les principes fiscaux en vigueur en raison de sa rétroactivité, de son application aux revenus plutôt qu'aux profits, de son application extraterritoriale et de son objectif de pénaliser des sociétés de technologie américaines.

Le Champagne, les sacs à main, les fromages, les porcelaines et des produits de beauté seraient notamment dans le viseur des autorités américaines. Le Bureau du représentant américain au commerce cite 63 produits qui pourraient être taxés à 100%.

Bruno Le Maire a immédiatement réagi à l'offensive américaine. La jugeant  "inacceptable", le ministre français de l'Economie a menacé les Etats-Unis de représailles européennes tout en mettant en garde contre les conséquences économiques d'un tel engrenage.

Il s'agit bien sûr d'une mauvaise nouvelle pour le secteur, les Etats-Unis étant le deuxième marché du luxe derrière l'Asie.

" S'il devait y avoir une guerre commerciale sur nos produits, on serait très affectés ", avait reconnu récemment Bernard Arnault, le PDG de LVMH, cité par Le Monde.

Pour autant, les multinationales françaises ont anticipé depuis plusieurs mois la décision américaine. Fin octobre, l'administration américaine avait annoncé des droits de douane sur 7,5 milliards de dollars d'importations de l'Union européenne, le couperet est tombé. Contre toute attente, Washington s'était montré clément. D'abord au niveau du tarif : la taxe a été fixé à 25% et non 100%, le scénario noir des analystes comme Jefferies.

Surtout, l'administration Trump avait épargné le cognac, les liqueurs, le scotch whisky, le champagne et la maroquinerie.

Pernod Ricard avait rappelé à l'époque que l'administration Trump pouvait à tout moment élargir la liste, et/ou relever le taux des produits concernés. C'est la raison pour laquelle le numéro deux mondial des vins et spiritueux s'est fixé des objectifs annuels jugés prudents.

Sans nul doute, la direction financière de LVMH, comme celles de Kering et Hermès, ont intégré, elles aussi, dans leurs prévisions une possible aggravation de la guerre commerciale entre l'Europe et les Etats-Unis. Aussi, le consensus sur le secteur ne devrait pas évoluer significativement à la baisse dans les prochains jours.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.84%
Euronext Paris +1.66%
Euronext Paris +2.04%
Euronext Paris +1.91%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 03/12/2019 à 11:27:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer