Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La valeur du jour à Paris - Société Générale supprimera 3 700 postes dans la banque de détail d'ici 2025
information fournie par AOF12/10/2021 à 10:55

(AOF) - Un peu plus d’un an après l’annonce de la fusion de ses deux banques de détail Crédit du Nord et Société Générale, la banque de la Défense a chiffré l’impact de ce rapprochement en termes d’emplois : 3700 suppressions nettes de postes. En Bourse, l’action Société Générale perd 0,55% à 28,185 euros; le secteur bancaire évoluant dans le rouge. Elle a déposé aujourd’hui auprès de ses partenaires sociaux un dossier global précisant le modèle et l’organisation détaillée de sa nouvelle Banque de détail en France.

En 2025, la "Nouvelle Banque" compterait 25 000 collaborateurs, soit 3700 suppressions nettes de postes entre 2023 et 2025. La banque précise que la fusion sera réalisée " sans aucun départ contraint ".

Ces suppressions de postes s'appuieront sur les départs naturels, estimés à 1 500 par an d'ici 2025, et la priorité donnée aux reclassements et mobilités internes.

" Sur certains métiers et bassins d'emploi, des mesures complémentaires de départs volontaires pourraient être mises en place ", explique Société Générale. Le dispositif précis d'accompagnement des collaborateurs est en cours de négociation avec les partenaires sociaux.

Ce rapprochement entraine une forte baisse du nombre d'agences, qui tombera à 1450 en 2025 contre 2100 en fin d'année dernière. L'objectif de cette fusion est de redresser la rentabilité de ce métier mis à mal par la faiblesse des taux d'intérêt, le développement des néobanques et le changement de comportements des clients.

Le groupe confirme que la fusion juridique interviendra au 1er janvier 2023. A cette date, tous les salariés du Crédit du Nord rejoindront automatiquement la nouvelle organisation.

La fusion informatique interviendra au premier semestre 2023.

AOF - EN SAVOIR PLUS

De nombreux défis pour les banques européennes

Le modèle européen de la banque de détail est particulièrement mis à mal face à l'essor du digital. Certaines se retirent de cette activité, comme c'est le cas d'HSBC. A cela s'ajoute une progression des risques. Ainsi, d'après la BCE, la forte activité des grandes banques sur le marché des opérations à effet de levier et les marchés des produits dérivés liés aux actions les exposent à une prise de risque excessive.

Quant aux banques françaises, depuis la crise sanitaire, elles sont exposées de façon croissante au risque cyber suite à la nécessité de basculer massivement et rapidement des activités financières vers le télétravail et la prestation de services à distance.

Valeurs associées

Euronext Paris +3.29%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 12/10/2021 à 10:55:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA.

Ainsi, en dépit des liens capitalistiques liant BOURSORAMA à la société émettrice des instruments financiers mentionnés dans cette analyse, le lecteur est informé que Boursorama ne constate aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.