Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La valeur du jour à Paris ORANGE dernier du CAC 40 après son offre contestée sur Orange Belgium
AOF13/04/2021 à 11:14

(AOF) - Orange se classe lanterne rouge du CAC 40 ce matin, à la suite de son offre sur Orange Belgium. L'opérateur télécoms perd en effet 1,41% à 10,20 euros, alors que sa proposition de 22 euros par action pour racheter sa filiale belge, dont il détient 53% du capital, ne convient pas à tous les actionnaires. Un prix qui fait pourtant ressortir des primes de 36 %, 48 %, 49 % et 38 % respectivement par rapport au dernier cours de clôture et aux cours moyens pondérés par les volumes sur les 3 mois, 6 mois et 12 mois précédant l'annonce de l'opération.

Mais même si Degroof Petercam Corporate Finance, la banque d'investissement qu'Orange a mandaté comme expert indépendant, a conclu que le prix d'offre "ne méconnaissait pas l'intérêt des actionnaires minoritaires", l'un d'entre eux, en l'occurrence Polygon Global Partners LLP, y a déjà manifesté sa vive hostilité.

"Polygon estime que l'offre de prix de 22 euros par action formulée par Orange SA revient à sous-évaluer substantiellement la société Orange Belgium sur une base stand-alone", a déclaré hier la société d'investissement dans un long communiqué.

Le britannique, qui détient 5,29% de l'opérateur belge, ajoute que le rapport d'expertise de Degroof Petercam "n'explique et ne justifie pas suffisamment certaines hypothèses de travail et parvient à des conclusions qui, de l'avis de Polygon, ne résultent pas logiquement d'une analyse raisonnable".

"Plus important encore, continue Polygon, [...] Degroof Petercam n'attribue absolument aucune valeur au portefeuille de tours de télécommunication d'Orange Belgium, qui est pourtant substantiel, et donc, de l'avis de Polygon, ne tient pas compte de la réalité de la situation économique".

Pour sa part, Orange a réaffirmé qu'il n'existait pas de "valeur cachée" concernant les actifs d'infrastructure de tours, en raison de la réglementation belge spécifique qui prévoit une obligation de partage des sites d'antennes à un tarif réglementé depuis 2008.

Le groupe a ajouté que la priorité d'Orange Belgium demeurait l'optimisation de la gestion de ses sites et la réduction de son parc de tours à travers la mise en œuvre de l'accord de partage d'équipements actifs et passifs (RAN sharing) signé en 2019 avec Proximus.

"Ces éléments sont déjà pris en compte en totalité dans le prix de l'offre, précise Orange. Dans ces conditions, une cession de tours s'assimilerait à une simple opération financière de sale-and-lease-back qui détériorerait la capacité de création de valeur d'Orange Belgium. Pour ces raisons spécifiques, Orange n'envisage donc ni l'intégration des actifs consolidés d'Orange Belgium à sa TowerCo européenne TOTEM ni une cession à un tiers".

Mais alors que l'opérateur français n'a pas l'intention de modifier son offre, Polygon ne semble pas disposer à l'accepter et pense que les autres actionnaires n'apporteront pas davantage leurs actions, "à moins et jusqu'à ce qu'une offre juste soit faite".

Le britannique, qui s'est attaché les services de la banque d'investissement Ondra, estime que la valeur d'Orange Belgium, sur une base stand-alone, se situe à un niveau situé entre 32 et 36 euros par action, "voire jusqu'à 45 euros par action dans le cas d'une monétisation partielle ou totale de ses tours de télécommunication". La situation semble donc pour le moment dans l'impasse.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Free offensif sur plusieurs fronts

Free a décidé de proposer des forfaits 5G au même prix que la 4G, tout en offrant une large couverture du territoire. Avec des tarifs agressifs et une couverture de 40% de la population, il réplique la stratégie qui avait été gagnante dans la 4G.

Toujours ur le marché national, Iliad (maison mère de Free) souhaite conquérir le segment des entreprises, actuellement dominé par Orange et SFR. Le groupe détient Scaleway, un acteur du cloud, ce qui lui permet de se positionner sur ce segment.

A l'international, Iliad a poursuivi son expansion européenne : après l'Italie et l'Irlande, la maison mère de Free a investi la Pologne, s'affirmant ainsi comme le sixième opérateur européen.

Valeurs associées

Euronext Paris +1.19%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 13/04/2021 à 11:14:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ericlyon
    13 avril13:19

    Ils sont déjà majoritaires alors pourquoi acheter plus chères toutes les autres actions ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer