Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

La valeur du jour à Paris Orange dans le rouge à cause de l'Espagne
information fournie par AOF29/07/2021 à 11:36

(AOF) - Orange plonge jeudi à la bourse de Paris et se classe dernier du CAC 40: le titre de l'opérateur télécoms perd en effet 3,55% à 9,29 euros, après la publication de résultats semestriels dégradés. Sur les six premiers mois de l'année, Orange a vu son résultat net virer au rouge, enregistrant une perte de 2,61 milliards d'euros, après un bénéfice de 1,016 milliard un an plus tôt. Ceci résulte d'un ROC négatif de 1,752 milliard d'euros, lui-même lié à la dépréciation de 3,702 milliards de l'écart d'acquisition de l'Espagne en raison de la révision à la baisse des perspectives à court-terme.

"La révision à la baisse du plan d'affaires en Espagne reflète un contexte concurrentiel accru marqué par l'érosion du revenu moyen par utilisateur et le décalage attendu sur l'horizon de reprise économique du fait des incertitudes liées au prolongement de la crise sanitaire", explique l'opérateur dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires de l'autre côté des Pyrénées a continué de baisser au second trimestre, de 2,7%, mais toutefois dans une mesure moindre qu'aux trimestres précédents (-7,4% au premier trimestre 2021). L'EBITDAaL (ou excédent brut d'exploitation après loyers, un indicateur clé dans le secteur des télécoms) espagnol ressort quant à lui en repli de 16,2%.

"Le nouveau management a mis en place sa stratégie de repositionnement des offres et la performance commerciale est positive" dans le pays, tente de rassurer Stéphane Richard, le Président-Directeur Général du groupe Orange.

Pour le reste, le chiffre d'affaires semestriel de l'opérateur affiche une hausse de 1,5% à données comparables, ou de 0,5% à données historiques, et atteint les 20,867 milliards d'euros. Cette croissance est alimentée notamment par les ventes d'équipements qui progressent de 18,4 % et les services IT et intégration qui augmentent de 8,1 %. Du fait de la poursuite partielle des restrictions concernant les voyages, le roaming ne reprend que faiblement.

L'EBITDAaL du groupe ressort quant à lui en baisse de 0,4% sur le trimestre comme sur le semestre et atteint 3,272 milliards et 5,837 milliards d'euros respectivement.

Par ailleurs, Orange versera un acompte sur le dividende 2021 de 0,30 euro en numéraire le 15 décembre 2021, et, au titre de l'exercice 2021, le versement d'un dividende de 0,70 euro par action sera proposé à l'Assemblée générale des actionnaires de 2022.

Le groupe maintient également ses perspectives annuelles 2022: il table ainsi toujours sur un EBITDAaL stable négatif, un niveau d'eCAPEX compris entre 7,6 et 7,7 milliards d'euros (vs 3,85 milliards au premier semestre), et un cash-flow organique des activités télécoms supérieur à 2,2 milliards d'euros (840 millions d'euros au premier semestre).

AOF - EN SAVOIR PLUS

Free offensif sur plusieurs fronts

Free a décidé de proposer des forfaits 5G au même prix que la 4G, tout en offrant une large couverture du territoire. Avec des tarifs agressifs et une couverture de 40% de la population, il réplique la stratégie qui avait été gagnante dans la 4G.

Toujours ur le marché national, Iliad (maison mère de Free) souhaite conquérir le segment des entreprises, actuellement dominé par Orange et SFR. Le groupe détient Scaleway, un acteur du cloud, ce qui lui permet de se positionner sur ce segment.

A l'international, Iliad a poursuivi son expansion européenne : après l'Italie et l'Irlande, la maison mère de Free a investi la Pologne, s'affirmant ainsi comme le sixième opérateur européen.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.49%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 29/07/2021 à 11:36:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.