1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La valeur du jour à Paris Le luxe frappé par l'épidémie de coronavirus en Chine
AOF21/01/2020 à 12:27

(AOF) - Kering chute de 4% à 575 euros, LVMH abandonne 2,8% et Hermès de 2,3%. Le luxe, qui avait résisté au Brexit, à la guerre commerciale, au ralentissement mondiale et même aux troubles à Hong Kong, pourrait souffrir devant l'épidémie de coronavirus apparue à Wuhan, dans le centre de la Chine. Ce virus, qui s'attrape par voie orale, apparait fortement anxiogène et pourrait conduire les Chinois à limiter leurs déplacements et leur consommation. L'épidémie tombe d'autant plus mal qu'elle survient à la veille du Nouvel An Chinois, où 600 millions de Chinois s'apprête, en théorie, à voyager.

Interrogé par AOF, Frédéric Rozier, responsable Gestion de Portefeuilles, Mirabaud France, redoutait depuis quelques jours le repli du luxe dans le sillage de l'épidémie.

Le gérant rappelle l'impact majeur de l'épidémie de grippe H5N1 en Asie en 2002/2003. A l'époque, le virus avait touché environ 8 000 personnes et provoqué le décès de 800.

La croissance organique des groupes de luxe avait été nettement affectée. Celle de LVMH était passée de +6% au premier trimestre 2003 à -4% au deuxième trimestre. Celle d'Hermès était passée de +5% à +1%. De plus par rapport à aujourd'hui, le poids de l'Asie dans le secteur était bien mois fort.

En tout état de cause souligne Frédéric Rozier, les valorisations avaient chuté en moyenne de 25% entre le début de la crise, en décembre 2002 et son apogée, en mars 2003.

"Compte tenu des valorisations actuelles du secteur, cette nouvelle épidémie représente un bon prétexte pour prendre ses bénéfices", estime le gérant.

D'autant que, selon lui, il est clair que si l'épidémie se propage aux zones les plus peuplés de Chine continentale, les autorités n'auront d'autre choix que de limiter les déplacements, ce qui aura un impact fort sur les ventes de produits de luxe.

Aujourd'hui, la Chine continentale pèse environ 35% des ventes de Swatch, 15% de celles de Gucci,18 % de celles d'Hermès et 16% celles de LVMH.

"Pour autant, le secteur s'était ensuite rattrapé avec un rebond de 6% de la croissance organique de LVMH au troisième trimestre 2003 et de 9% pour Hermès", tempère Frédéric Rozier.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.86%
Euronext Paris -1.29%
Euronext Paris -0.74%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 21/01/2020 à 12:27:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer