Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

La valeur du jour à Paris - Derichebourg resserre son étau sur Elior
information fournie par AOF31/05/2022 à 11:14

(AOF) - Derichebourg cède 2,25% à 7,6 euros tandis qu'Elior abandonne 0,6% à 2,796 euros. Le spécialiste du recyclage accroît, légèrement, la pression sur le groupe de restauration collective. Le 19 mai, à la surprise générale, le groupe familial, qui détenait 4,9% d'Elior, avait annoncé un accord avec les fondateurs en vue d'en contrôler 19,6%. Selon Derichebourg, cette montée au capital s'inscrit dans une logique de long terme. Le groupe soutient la stratégie d'Elior et, s'il compte demander deux sièges au conseil, le scénario d'une OPA est écarté. Hier soir, rebelote.

Dans une déclaration transmise à l'AMF, Derichebourg révèle désormais détenir 20,57% du capital et des droits de vote.

Le groupe a confirmé son intention d'augmenter sa participation "en fonction des conditions et des opportunités de marché sans toutefois atteindre 30% du capital ou des droits de vote.

Les intentions de Derichebourg suscitent des doutes sur le marché. Certains analystes se demandent ce qu'il vient faire dans cette galère. Elior a accusé une perte semestrielle de 266 millions d'euros, multipliée par 5 en un an. L'opérateur de cantines d'entreprises est pris en tenaille entre la hausse des coûts et une demande affaiblie notamment par l'installation d'une dose de télétravail dans le monde de l'entreprise.

Dans une note publiée le 20 mai, Stifel a peut-être livré un élément de réponse. Si le broker a bien accueilli les perspectives à moyen terme dévoilées par Elior dans le sillage de sa publication semestrielle, le broker estime que la gouvernance est son point faible. La nomination prochaine d'un nouveau directeur général ne réglera pas non plus tous les problèmes, estime le courtier.

Peut-être Derichebourg a-t-il une nouvelle stratégie à proposer ?

Le bureau d'études s'inquiète également de la fragilité financière d'Elior. Selon ses estimations, le groupe pourrait en effet ne pas respecter ses covenants l'an prochain. A cet égard, le soutien de Derichebourg pourrait être le bienvenu.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Opérateur global des services à l’environnement, créé en 1956 sous le nom de Cie Française des Ferrailles ;

- Chiffre d’affaires de 4,6 Mds€ organisé en 2 métiers : les services à l’environnement pour 61 % (collecte et traitement des métaux, de l’aluminium et des déchets toxiques) et les multiservices (propreté, nettoyage industriel, éclairage public, solutions intérim et relations humaines) ;

- Poids élevé de la France (72 % des revenus), suivie de l’Europe (22 %) et des Amérique (6 %) ;

- Modèle d’affaires fondé sur un maillage dense, une intégration verticale pour l’environnement et, pour les multiservices une offre digitalisée et de services intégrés ;

- Capital verrouillé par la famille Derichebourg (41,5 % du capital et 57,8 % des droits de vote), Daniel Derichebourg, directeur général, présidant le conseil d’administration de 9 membres ;

- Solidité financière avec un dette nette de 196 M€ face à 703 M€ de capitaux propres.

Enjeux

- Stratégie de croissance : services à l’environnement : consolider la position de leader dans les métaux et accroître à 20-25 % la part des métaux non-ferreux, déploiement de l’offre de collecte aux collectivités locales, synergies attendues de 21 M€ de l’intégration d’Ecore -1,3 Md€ de chiffre d’affaires, 78 sites en Europe avec un ratio de valorisation de 80 %, dont 98 % pour les composants de batteries ;

- Stratégie d’innovation non détaillée par l’entreprise et intégrée aux enjeux environnementaux ;

- Stratégie environnementale 2018/22 « concrètement responsable » : réduction des émissions par 2 leviers : recyclage des déchets métalliques et énergie par la valorisation des résidus de broyage et accord de livraison de 19 MW de capacité d’effacement avec Total Flex, compensation carbone, renouvellement de la flotte transport, usage des technologies StartMC&Alert Gasoil et recours au transport fluvial (23,6 % pour les matières 1ères) et ferroviaire (8 %), déploiement d’usines de recyclage pour l’automobile et le gros électroménager, lancement d’un « emprunt vert » ;

- Retombées du partenariat avec Saur dans les services liés à l’eau aux collectivités locales ;

- Equilibre entre les 2 activités : les cycles courts dans l’environnement, aux fortes variations de prix, et des cycles longs sécurisés par des contrats pluri-annuels dans les multiservices ;

- Poursuite des implantations, renforcées en France et à l’international –Allemagne, soit 11 M€ de revenus additionnels.

Défis

- Marché porté par l’intérêt pour les matières 1ères issues du recyclage et par l’externalisation chez les clients de Multiservices ;

- Double impact de la hausse des cours des matières 1ères : favorables sur les prix des ferrailles, négatif en terme de collecte de volumes du fait de la baisse de production automobile ;

- Après une forte croissance de la rentabilité d’exploitation, confiance pour l’exercice 2021/2022 clos le 30 septembre ;

- Reprise du service du dividende, de 0,32 €, soit un taux de distribution de 30 %.

Services aux entreprises : le transport routier face à un déficit de main d’oeuvre

Un rapport publié par la Dares (Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques) en octobre 2020 soulignait que les conducteurs routiers faisaient partie des trente métiers les plus en tension en France en 2019. Cette tension n’est pas retombée et pourrait même s’amplifier dans les prochaines années. D’après l'OTRE (Organisation des transporteurs routiers européens), les besoins pourraient atteindre 100.000 postes dans les cinq ans à venir. Le phénomène, qui a été amoindri pendant les confinements successifs, a resurgi avec la reprise de l'activité. Il est en partie lié à un déficit d'image et à des rémunérations peu attractives. Malheureusement les récentes négociations entre les partenaires sociaux pour revaloriser les minima de branche n’ont pas abouti.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.41%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 31/05/2022 à 11:14:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.