Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

La valeur du jour à Paris - Crédit Agricole SA clôt sur une note favorable la saison de résultats du secteur bancaire français
information fournie par AOF04/08/2022 à 11:10

(AOF) - Dernière grande banque française cotée à présenter ses comptes du deuxième trimestre, Crédit Agricole SA a suivi l’exemple de ses concurrentes, BNP Paribas et Société Générale, en dévoilant une performance meilleure qu’attendu. En Bourse, l'action Crédit Agricole SA a pris la tête du CAC 40, avec un gain de 3,87% à 9,47 euros. Le deuxième trimestre a en particulier été marqué par une activité record dans la Banque de financement et d'investissement, soutenue par les métiers de taux, crédit, changes et matières premières.

Entre avril et juin, le résultat net part du groupe a augmenté de 0,4% à 1,976 milliard d'euros, dépassant nettement le consensus s'élevant à 1,18 milliard d'euros. La banque verte cible au moins 5 milliards de bénéfice net cette année – elle a déjà généré 2,7 milliards sur la première moitié de 2022 – et plus de 6 milliards d'euros en 2025.

Crédit Agricole SA a bénéficié de revenus dynamique au deuxième trimestre. Ils ont progressé de 8,8% à 6,33 milliards d'euros pour des charges d'exploitation (hors contribution au Fonds de résolution unique) en hausse de 6,1%. Le marché anticipait seulement 5,73 milliards d'euros.

Ils ont été soutenus par une activité record au niveau de la Banque de financement et d'investissement (BFI). Les revenus sous-jacents ont bondi de 22% à 1,58 milliard d'euros. La banque de marché et d'investissement s'est en particulier distinguée (+32,1% à 814 millions d'euros) dans un contexte de forte volatilité et de besoins de couverture des clients. Au sein de cette dernière, les activités FICC (Taux, crédit, changes et matières premières) ont réalisé une solide performance : +36,9%.

En données sous-jacentes, le produit net bancaire de Crédit Agricole SA a augmenté de 6,2% les charges de 5,2%, ce qui représente un effet de ciseau positif de 1 point. Elle affiche ainsi un coefficient d'exploitation de 56,8% au premier semestre, inférieur à son objectif de moins de 60% pour 2022 et 2025.

Outre cet effet de ciseau positif, les résultats de Crédit Agricole SA ont bénéficié de la chute de 27,5% du coût du risque à - 203 millions d'euros au deuxième trimestre. Il a représenté 17 points de base des encours de crédit à la clientèle en données annualisées.

La filiale cotée du groupe Crédit Agricole a fini le trimestre avec un ratio de fonds propres en amélioration de 30 points de base, à 11,3%. Il est supérieur de 3,4 points de pourcentage aux exigences réglementaires.

Crédit Agricole SA affiche une rentabilité fonds propres tangibles de 13,9% en données ajustées au premier semestre contre un objectif d'au moins 11% cette année et de plus de 12% en 2025.

Commentant cette publication, Philippe Brassac, Directeur général de Crédit Agricole SA a déclaré : " Dans un environnement opaque et incertain, le Groupe poursuit sa croissance régulière, délivrée par son modèle de banque universelle de proximité. "

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Véhicule coté du groupe mutualiste du même nom, 1ère banque française et 8ème mondiale ;

- Produit net bancaire de 22,7 Mds€, généré par la banque de proximité à 65 %, par les services financiers spécialisés à 12 %, par la banque de grande clientèle à 14 % et par la gestion de l'épargne et les assurances ;

- Modèle d'affaires en 3 points - l’excellence relationnelle en devenant la banque préférée des particuliers, des entrepreneurs et des institutionnels, la responsabilité en proximité pour accompagner la digitalisation et l’engagement sociétal en amplifiant l'engagement mutualiste ;

- Capital détenu à 55,3% par les caisses régionales, d'où une présence forte de leurs représentants au conseil d'administration (10 sur 21 membres) présidé par Dominique Lefebvre, Philippe Brassac étant directeur général ;

- Position financière solide - ratio CET 1 de 17 %, rentabilité des fonds propres de 11,6 % et réserves de liquidités de 472 Mds€.

Enjeux

- Réponse des investisseurs au nouveau plan 2025, les objectifs de celui de 2019-2022 ayant été atteints avec une année d’avance ;

- Stratégie d'innovation, l'un 3 des leviers du modèle d'affaires : en interne : 90% des entités du Groupe disposant d’une architecture « data-centric » en 2022, et 300 M€ de gain d’efficacité IT, 100% des collaborateurs IT formés aux nouvelles technologies dans l’Université du Système d’Information et 100% des technologies émergentes testées sur de nouveaux services métiers / vers les clients : élargissement de la gamme des applications leaders (Ma banque Pro, Pro&Entreprises LCL, etc…), offre de solutions de caisses digitales et mobiles pour les petits/moyens commerçants, offre monétique européenne pour les grandes enseignes et gamme complète e-commerce ;

- Stratégie environnementale renforcée : neutralité carbone d’ici 2050 pour l’empreinte propre et sur les portefeuilles d’investissement et de financement / en 2022 : arrêt total des financements de projets d’extraction d’hydrocarbures non conventionnels, aucun financement d’extraction pétrolière ou gazière en zone Arctique / en 2025 : réduction à 20 % à l’extraction de pétrole, pour tous les fonds ouverts en gestion active d’Amundi, une notation énergétique supérieure à celle de la concurrence et 20Mds€ engagés dans des fonds à impact, énergies renouvelables : doublement de la capacité de production des installations d’énergies renouvelables financées par Crédit Agricole Assurances à 10,5 GW

- Croissance de 60% de l’exposition de la banque d’investissement aux énergies non carbonées et développement de la plateforme dédiée auxprojets hydrogène / hausse de 50% du financement d’énergies renouvelables en France par Unifergie;

- Retombées de la pénétration des marchés chinois (1ère société étrangère de gestion d’actifs) et indien (offre de cash management) ;

- Renforcement dans le financement de la mobilité via le partenariat avec Stellantis, opérationnel en 2023 et le lancement d’une entité interne spécialisée dans le financement automobile, la location et la mobilité.

Défis

- Actif net de 13,2 € par action, à comparer au cours de Bourse ;

- Guerre Russie-Ukraine : impact fort sur le bénéfice au 1er trimestre du fait des provisions passées sur les risques des 2 pays et arrêt des financements aux entreprises russes ;

- Intégration de l’italien CreVal et de Lyxor ;

- Dividende 2021 de 1,05 € (dont 0,2 € au titre du rattrapage de 2019).

Les effets négatifs de la hausse des taux

La remontée des taux provoque normalement une progression des revenus des banques par les crédits octroyés. En Europe, d'après un sondage mené par S&P auprès de 85 établissements bancaires, le secteur s'attend en moyenne à une hausse de 18% de ses revenus nets d'intérêt. Toutefois ce nouveau contexte inflationniste a aussi des effets indésirables, en particulier une hausse des coûts de refinancement. Il s'accompagne également de la crainte d'une nouvelle récession, qui toucherait alors tous les métiers de la banque, allant des prêts à la gestion d'actifs, dont les revenus sont corrélés aux valorisations de marché. Elément rassurant : les banques de la zone euro sont suffisamment solides pour faire face à une dégradation de leur environnement.

Valeurs associées

Euronext Paris +2.07%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 04/08/2022 à 11:10:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.