1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Suisse, si riche et si attirante

Le Point12/02/2014 à 16:29

L'insolente santé de l'économie suisse attire les travailleurs étrangers.

Au moment où la France se rassure en constatant que son déficit commercial s'est réduit de 6 milliards d'euros l'année dernière, pour ne plus être que de 61,2 milliards, la petite Suisse annonce sans flonflons un excédent commercial de 19,5 milliards d'euros (23,9 milliards de francs suisses). Rien d'exceptionnel pour les Helvètes, le pays dégageait l'année précédente un excédent de 23,8 milliards de francs. Dans le détail, les exportations suisses dans le secteur des denrées alimentaires et des boissons enregistrent une progression de 7,1 %, l'industrie des matières plastiques de 6,2 %, la chimie et la pharmacie de 2,5 %, enfin l'horlogerie de 1,9 %. Preuve que la Confédération ne doit pas sa bonne fortune qu'aux banques et à l'argent gris ou noir. Plus d'industries qu'en France Mais aussi à ses leaders mondiaux comme Nestlé dans l'agroalimentaire, Novartis et Roche dans les médicaments, Glencore dans le négoce, Logitech dans l'informatique. Sans oublier les grands groupes horlogers, Richemont (8,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 26 000 employés), Swatch (6,5 milliards de chiffre d'affaires et 30 000 salariés) ou encore Rolex. La carte postale d'une Suisse pépère, avec ses vaches et ses sommets enneigés, ne tient pas. L'industrie entre à hauteur de 22 % dans le produit intérieur brut (PIB), contre 15 % pour la France. Grâce aussi à des milliers de petites et moyennes entreprises qui emploient 67 % des salariés....

Lire la suite sur Le Point.fr

23 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • restif1
    12 février16:46

    Oui, pas étonnant: 40h-42h/semaine, 4 semaines de congés, retraite à 65/67 ans. La Fontaine l'a dit: travaillez, prenez de la peine....

    Signaler un abus

  • M6445098
    12 février16:44

    PERKELE et JIMI sont vraiment très drôles, de vrais comiques! vous croyez vraiment ce que vous écrivez ou est-ce seulement de la provoc? si vous y croyez, c'est grave! allez consulter un psy rapidement...

    Signaler un abus

  • M2286010
    12 février16:40

    perkele nous fait un feuilleton de foutaises... La Suisse a une industrie extrêmement puissante: agroalimentaire (Nestlé leader mondial), chimique (pôle de Bale), pharmaceutique (Novartis et Roche dans les meilleurs mondiaux, horlogère et luxe (Swatch etc...), le pôle bancaire ne venant qu'après. Comme parasite, elle offre des dizaines de milliers d'emplois aux frontaliers, faisant ainsi baisser le chômage français et injectant un pouvoir d'achat confortable en France...

    Signaler un abus

  • jimi
    12 février16:36

    Et bien moi je suis fière d'être française et de payer des impôts en FranceLes pleureurs, basheurs et consorts devraient un peu sortir et voir du paysNous sommes très loin d'être à plaindre!Alors stop au french bashing, les aigris allez vous faire bénir sous d'autres cieux et laissez les bonnes volonté tenter de faire progresser ce pays!Au final et comme toujours dans l'histoire la France rebondira!

    Signaler un abus

  • lukefr
    12 février16:29

    je lis encore une fois qu'en dévaluant notre monnaie une fois sorti de l'euro, tous nos soucis disparaitraient. Si l'on se remémore le passé, les dévaluations ont eu lieu a plusieurs reprises, et ne font que donner un bol d'air. En aucun cas ce n'est une mesure structurelle à l'effet durable si elle ne s'accompagne pas de réformes. Encore une fois, après la faute des allemands, la faute des américains, des ceci ou cela, c'est la faute de l'euro......

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer