Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Slovénie s'efforce de rassurer les marchés et l'UE

Reuters17/04/2013 à 19:58

LA SLOVÉNIE RÉUSSIT UNE ADJUDICATION DE BONS DU TRÉSOR

LJUBLJANA (Reuters) - La Slovénie a levé mercredi deux fois plus de fonds que prévu lors d'une adjudication de bons du Trésor, ce qui apporte un répit temporaire aux difficultés budgétaires du pays, menacé de devenir le prochain pays de l'Union européenne (UE) à recevoir une aide internationale après Chypre.

Lors d'une rencontre à Paris, le président slovène, Borut Pahor, et son homologue français, François Hollande, sont convenus de dire que les cas slovène et chypriote n'étaient pas comparables.

Le ministère des Finances slovène a adjugé 1,1 milliard d'euros de bons à 18 mois, à un rendement de 4,15%, soit plus du double des 500 millions qu'il comptait initialement lever.

Le gouvernement de gauche, au pouvoir depuis un mois, a dans la foulée procédé au rachat anticipé de 510,7 millions d'euros d'obligations du même type, qui auraient dû arriver à maturité en juin.

L'opération, effectuée avec une décote de 0,475%, est cependant d'une ampleur moindre que ce qui était attendu. Le gouvernement avait offert de racheter au total 855 millions d'euros d'obligations.

La majorité des analystes jugent que le rachat a probablement été organisé au préalable avec le concours des trois principales banques du pays, NLP, Nova KBM et Abanka Vipa, dans chacune desquelles l'Etat détient une participation majoritaire ou substantielle.

Ljubljana doit bientôt présenter un vaste programme de réforme, comprenant la vente d'actifs publics et des mesures d'austérité, pour rassurer les marchés et parvenir à emprunter le reste des trois milliards d'euros jugés nécessaires pour financer l'Etat jusqu'à la fin de l'année.

Lors d'une déclaration dans la cour de l'Elysée, François Hollande a dit "la confiance de la France dans ce qui est engagé en Slovénie".

"Le secteur bancaire slovène a toutes les conditions pour résister aux difficultés actuelles", a jugé le président français, pour qui "il n'y pas de raison de faire quelque comparaison que ce soit entre la Slovénie et un autre pays en Europe qui vient de traverser une épreuve".

LE PRÉSIDENT PAHOR CONFIANT

Entre Chypre et la Slovénie, "ce n'est pas du tout la même situation économique, bancaire, et même politique", a-t-il dit.

Borut Pahor s'est lui aussi déclaré confiant.

"La Slovénie ne cache pas ses difficultés, loin de là, surtout dans le secteur bancaire, mais ces difficultés ne sont pas comparables à celles auxquelles ont dû faire face d'autres pays qui ont dû recourir à l'aide financière", a-t-il fait valoir, selon une traduction du slovène.

"Dans les semaines et les mois à venir, la Slovénie devra adopter et réaliser de nombreuses mesures importantes, à commencer par la modification de la Constitution", a-t-il ajouté. "Ce ne sera pas facile, mais je crois qu'en fin de compte nous pourrons être fiers du fait que la Slovénie, grâce au soutien de ses partenaires dont la France, sera couronnée de succès dans ses efforts".

De l'avis des analystes comme Nicholas Spiro, du cabinet londonien Spiro Sovereign Strategy, "la forte demande lors de l'adjudication d'aujourd'hui donne un peu de répit au gouvernement".

"Cependant, le fait que les banques du pays soient de plus en plus responsables du financement de l'Etat accentue le cercle vicieux entre une dette souveraine vulnérable et un secteur financier qui l'est encore plus", a-t-il ajouté.

Le rendement des obligations slovènes a monté à près de 7% à la suite des négociations mouvementées entre l'UE et Chypre sur le plan d'aide finalement accordé en mars à Nicosie, et il était encore à 6,8% mercredi. Le rendement de l'obligation de référence à dix ans était de 4,77% le 15 mars, la veille de l'accord.

La Slovénie est le seul ancien pays communiste de l'UE à ne pas avoir privatisé ses principales banques, ce qui expose les contribuables aux créances douteuses du secteur financier, dont le taux a atteint 14,4% l'an dernier.

Marja Novak, Elizabeth Pineau à Paris, Julien Dury pour le service français, édité par Véronique Tison

Mes listes

valeur

dernier

var.

107.66 +0.67%
0.055 -1.79%
3.65 -5.19%
497.3 +1.45%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.