Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La situation financière des sociétés du SBF 120 se dégrade

Le Revenu12/10/2012 à 16:05

(lerevenu.com) - L'année 2011 a été marquée par une augmentation de 5% de l'endettement net des sociétés de l'échantillon. Deux facteurs l'expliquent : une forte augmentation des acquisitions, de plus de 20 milliards d'euros (un montant multiplié par 17 depuis 2010), et un gonflement du besoin en fonds de roulement de 6 milliards, qui traduit une dégradation des encaissements. Au total, le levier financier se tend, avec un ratio dette nette sur excédent brut d'exploitation (Ebitda) qui passe de 1,58 fois en 2010 à 1,78 l'an dernier.

Selon l'étude, l'évolution du flux de trésorerie total du SBF 120 hors financières est négative, mais stable une fois retraitée des acquisitions. Autre élément positif : la liquidité des sociétés (définie comme la dette disponible «non tirée» augmentée de la trésorerie) se maintient à un niveau élevé, ce qui traduit, de leur part, une certaine prudence.

Cinq groupes (EDF, GDF, France Télécom, Total, Veolia Environnement) représentent 34% de la dette totale de l'échantillon. À eux cinq, ils pèsent 24% de sa dette bancaire et surtout 43% de sa dette obligataire. Ce qui leur donne un vrai pouvoir de négociation sur ces marchés.

Plus généralement, les analystes de Bfinance notent qu'un monde sépare les grandes sociétés des autres, tant en termes de politique financière qu'accès aux financements. Le ratio dette nette/Ebitda est, en moyenne, moins élevé pour le CAC 40 (1,6 fois en 2011) que pour le reste du SBF 120 (2,1 fois). Par ailleurs, le niveau de désintermédiation ? le fait pour des entreprises d'aller chercher des financements sans passer par le crédit bancaire ? est sensiblement plus important pour les ténors de l'indice phare (68%) que pour les autres (44%). Les grandes sociétés ont davantage de latitude pour diversifier leurs ressources financières, comme le montre l'augmentation de capital express d'Alstom au début du mois.

La question de la dette restera centrale en 2013, car la dégradation de la conjoncture va peser sur les flux de trésorerie des sociétés, et donc sur leur capacité à faire face à leurs échéances. Privilégiez toujours les groupes assurés d'une bonne visibilité de leurs revenus, comme Essilor, Air Liquide, LVMH?

Olivier Dauzat


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.