Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La résistance de Renault-Nissan à la crise russe à ses limites

Reuters14/05/2014 à 18:42

L'IMPACT DES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE PRÉOCCUPE RENAULT-NISSAN

par Laurence Frost et Megan Davies

PARIS/MOSCOU (Reuters) - Renault surveille attentivement la question des sanctions à l'égard de la Russie, même si le constructeur français et son partenaire japonais Nissan devraient pouvoir mieux résister que bon nombre de leurs concurrents à la crise ukrainienne.

L'Union européenne et les Etats-Unis ont déjà décidé de sanctions, notamment contre Sergueï Tchemezov, le vice-président du constructeur automobile russe AvtoVAZ,, contrôlé par Renault-Nissan.

Renault est entré au capital d'AvtoVAZ en 2008 moyennant un milliard de dollars (729 millions d'euros au cours actuel) et l'alliance Renault-Nissan a depuis pris une majorité de contrôle dans le fabricant de la Lada.

"Nous sommes prudents sur le court terme en Russie en ce qui concerne l'économie", a déclaré Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, lors de la publication cette semaine des résultats de Nissan, "mais (il n'y a) absolument aucune inquiétude sur les perspectives de croissance à moyen et long termes."

L'impact des sanctions actuelles et potentielles fait cependant l'objet d'une analyse des services juridiques du groupe.

"Nous sommes toujours en train d'étudier le régime de sanctions et ce qu'il implique exactement pour Renault", a dit sous couvert d'anonymat un avocat du groupe.

En dehors de la vice-présidence d'AvtoVAZ, Sergueï Tchemezov est à la tête de Rostec, partenaire de Renault-Nissan dans la coentreprise qui contrôle le constructeur russe via une participation de 74,5%.

Le nom de Sergueï Tchemezov figure sur la liste des sept officiels russes visés par les mesures américaines annoncées le mois dernier, qui inclut notamment un gel de leurs avoirs. Un durcissement des sanctions pourrait suivre si la crise en Ukraine s'aggravait.

LES VENTES EN RUSSIE BAISSENT DÉJÀ

Les constructeurs qui ont le plus investi dans des usines et des équipementiers domiciliés sur le sol russe ont jusqu'ici été relativement protégés des turbulences alors que la baisse du rouble face à l'euro et au dollar pénalisent au contraire les concurrents qui importent davantage de composants, voire des véhicules entiers.

"Les constructeurs qui ont le taux de localisation le plus élevé en Russie sont ceux qui affichent la plus forte croissance", a expliqué Carlos Ghosn. "Les constructeurs qui importent des pièces en Russie souffrent."

Selon l'institut de recherche Autostat, Renault se fournissait à 70% en Russie pour sa production locale l'an dernier, contre 50% pour Volkswagen et Hyundai et 10 à 30% pour Ford, General Motors et Toyota - un palmarès excluant la coentreprise entre GM et AvtoVAZ, dont le taux de localisation est très élevé.

"Avec Lada, Renault est le principal producteur en Russie, il est donc à ce titre le plus exposé", souligne Erich Hauser, analyste chez ISI Group. "C'est une crise de moyenne ampleur, tout le monde a peur mais eux, ils sont toujours là. Le problème, c'est qu'il est difficile d'estimer jusqu'où la crise peut s'aggraver."

Avant même la crise ukrainienne, la Russie, un temps partie pour devenir en 2014 le premier marché du continent devant l'Allemagne, avait déjà contrarié ces pronostics. Sur les quatre premiers mois de l'année, les immatriculations de véhicules légers sur le marché russe ont baissé de 4%.

Les ventes cumulées de Renault-Nissan-AvtoVAZ ont reculé quant à elles de 5% dans l'intervalle, érodant la part de marché de l'alliance à 30,5%, contre 40% pour l'objectif affiché par Carlos Ghosn.

Les immatriculations de VW ont baissé de 5% également, celles de GM de 8%, tandis que les ventes de Toyota et de Hyundai ont progressé respectivement de 12% et 1%. Selon LMC Automotive, le plongeon du marché russe pourrait atteindre 15% ou 20% cette année en cas de crise ouverte sur le dossier ukrainien, contre -2/-4% dans les prévisions précédentes.

"TROP TARD POUR FAIRE DEMI-TOUR"

"Si les sanctions restent très symboliques, elles font monter la pression - et le fait que Rostec soit maintenant cité a des implications sérieuses pour Renault-Nissan", indique un consultant automobile, basé à Moscou, sous couvert d'anonymat.

Les sanctions touchent aussi d'autres constructeurs étrangers. GM, dont la coentreprise avec AvtoVAZ produit la Chevrolet Niva, dit ainsi n'avoir plus aucun contact avec le vice-président de son partenaire russe.

"Nous croyons savoir que M. Tchemezov siège au conseil d'administration d'AvtoVAZ", a déclaré Heather Rosenker, porte-parole de GM. "GM n'a aucun contact direct avec M. Tchemezov. GM, par principe, respecte toutes les sanctions américaines et européennes."

L'alliance entre Renault-Nissan et AvtoVAZ est censé offrir un certain degré de couverture contre tout réflexe de "patriotisme économique" qui détournerait les acheteurs russes des marques étrangères, un phénomène pour l'instant imperceptible.

Mais une nouvelle montée de la tension pourrait compliquer la situation alors que Renault-Nissan doit boucler le mois prochain le rachat de 67,1% d'AvtoVAZ pour 577 millions d'euros.

"Ils ont déboursé beaucoup d'argent et ils ont repayé pour s'assurer le contrôle", note Vladimir Bespalov, analyste de la banque moscovite VTB. "Donc, qu'ils le regrettent ou pas, il est trop tard pour faire demi-tour."

(Avec Yoko Kubota à Toyko et Ben Klayman à Detroit, avec la contribution de Gilles Guillaume et Marc Angrand en français, édité par Jean-Michel Bélot)


Mes listes

valeur

dernier

var.

8.31 +0.61%
0.615 +0.82%
5436.81 +0.43%
17.085 +3.17%
2.74 +1.86%
69.24 -1.34%
455.6 -0.61%
1.39 +1.46%
69.11 +1.23%
3.76 -0.79%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.