Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La reprise s'essouffle dans la zone euro, plombée par la France

Reuters21/11/2013 à 15:26

DÉCÉLÉRATION INATTENDUE DE LA CROISSANCE DU SECTEUR PRIVÉ DANS LA ZONE EURO EN NOVEMBRE

LONDRES/PARIS (Reuters) - La fragile reprise du secteur privé dans la zone euro s'est affaiblie de manière inattendue au mois de novembre, la vigueur de l'économie allemande ne parvenant pas à compenser une nouvelle dégradation en France, selon les premiers résultats de l'enquête PMI de Markit auprès des directeurs d'achat.

L'estimation "flash" de l'indice composite de cette enquête, qui combine l'industrie et les services, est ressorti à 51,5 contre 51,9 le mois précédent, en dessous de la plus basse des prévisions des économistes interrogés par Reuters. Il se maintient toutefois au-dessus de la barre des 50 qui sépare croissance et contraction.

Les résultats de l'enquête "flash" laissent augurer d'une croissance de 0,2% de la zone euro au quatrième trimestre, selon l'économiste en chef de Chris Williamson, une prévision conforme au consensus des économistes interrogés par Reuters.

Le produit intérieur brut de la zone euro a enregistré une croissance de 0,1% au troisième trimestre, selon une première estimation publiée la semaine dernière par Eurostat.

"Il est important de rappeler qu'il croit encore", a souligné Chris Williamson.

La fragilité de la reprise au sein de la zone euro a conduit la Banque centrale européenne à abaisser son principal taux directeur à un nouveau plus bas record le 7 novembre.

Confrontés à un ralentissement très marqué de la hausse des prix, les responsables monétaires européens ont souligné depuis qu'ils disposaient d'autres outils pour lutter si nécessaire contre un éventuel risque de déflation.

DIVERGENCE FRANCO-ALLEMANDE

Les enquêtes PMI montrent, une nouvelle fois, que l'écart entre l'Allemagne, principal moteur de reprise dans la zone euro, et les autres pays du bloc, France en tête, se creuse.

"Les données relatives à la France sont le principal facteur d'explication de la baisse des indices. Mais il y a aussi des preuves d'une activité moins soutenue ailleurs dans la région", a toutefois relevé Chris Williamson.

L'activité dans le secteur privé s'est contractée en France après deux mois de faible croissance faisant craindre une rechute en récession de la deuxième économie de la zone euro.

L'indice composite flash pour la France s'est inscrit à 48,5 contre 50,5 le mois précédent sous l'effet d'une nouvelle dégradation de l'activité dans le secteur manufacturier et d'un secteur des services qui a renoué avec la contraction.

Frederik Ducrozet, économiste chez Crédit agricole, souligne sur Twitter le "mal-être" de la France face à l'extrême force de l'économie allemande et estime qu'une convergence est absolument nécessaire.

Ben May, chez Capital Economics, assure quant à lui que le chiffre français "va exacerber les inquiétudes sur la divergence entre les deux plus grandes économies de la région".

En Allemagne, l'estimation "flash" de l'indice PMI composite a progressé à 54,3 contre 53,2 en octobre sous l'effet d'une accélération de l'expansion dans le secteur manufacturier comme dans celui des services.

Après avoir stagné sur les trois premiers mois de l'année, l'économie allemande a enregistré une croissance de 0,7% sur le deuxième trimestre avant un PÏB en hausse de 0,3% sur le troisième trimestre, cette dernière donnée pouvant encore être révisée.

"L'enquête de novembre suggère que l'économie allemande a gagné en puissance au cours du dernier trimestre de 2013", a déclaré Tim Moore, économiste de Markit.

A l'inverse, les données pour la France laisse augurer selon Markit une contraction de l'activité de 0,2% du produit intérieur brut sur la période octobre-décembre par rapport au trois mois précédent, où il a reculé de 0,1%, selon les premières estimations publiées la semaine dernière par l'Insee.

Marc Joanny avec Jean-Baptiste Vey, édité par Benoît Van Overstraeten

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.