Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La reprise piétine en zone euro, plombée par la France

Reuters14/11/2013 à 15:05

LES PIB FRANÇAIS ET ALLEMAND

par Leigh Thomas et Madeline Chambers

PARIS/BERLIN/BRUXELLES (Reuters) - La reprise de l'économie de la zone euro s'est quasiment retrouvée à l'arrêt au troisième trimestre, plombée par une contraction de l'activité en France et en Italie alors que la croissance allemande a elle aussi marqué le pas.

L'économie de 9.500 milliards d'euros de la zone euro était sortie au deuxième trimestre de la plus longue récession de son histoire, mais un chômage record, une consommation atone et un bas niveau de confiance continuent d'étouffer toute franche reprise.

De juillet à septembre, l'économie du bloc des 17 a progressé à un rythme plus lent que prévu, de 0,1% par rapport au trimestre précédent. Pour le trimestre précédent, elle avait progressé de 0,3%, sa première croissance en 18 mois.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance à 0,2% d'un trimestre sur l'autre.

L'économie française s'est contractée de 0,1%, interrompant les signes de reprise des trois mois précédents et alors que les économistes attendaient en moyenne une croissance de 0,1%. L'activité en France se sera ainsi contractée lors de trois des quatre derniers trimestres.

L'euro est tombé à un plus bas du jour et perd encore 0,4% à 1,3432 dollar en milieu de journée en réaction à ces chiffres.

En Allemagne, la croissance a ralenti à 0,3% alors qu'elle était nettement plus vigoureuse, à 0,7%, au deuxième trimestre, mais la première économie de la zone euro reste en bien meilleure forme. Sa performance a été conforme aux attentes.

La France en revanche commence à être un sujet d'inquiétude au sein du bloc. La Banque de France prévoit une croissance de 0,4% au quatrième trimestre, mais les réformes du marché du travail et des retraites sont jugées trop timides.

COMPÉTITIVITÉ

"Nous avons été particulièrement déçus de voir que le PIB de la France est retombé de 0,1%, reflétant nos inquiétudes concernant sa compétitivité sous-jacente", souligne Howard Archer, économiste chez IHS Global Insight.

Un rapport de l'OCDE sur la compétitivité de la France, commandé par Paris, a averti que le pays prenait du retard par rapport à ses voisins du sud de l'Europe qui ont sérieusement abaissé le coût du travail.

En Allemagne, la croissance a été tirée par la demande intérieure. Le ralentissement des exportations est un signe de plus du malaise qui frappe le reste des pays de la zone euro.

"Les impulsions positives viennent essentiellement de la demande intérieure et de l'investissement", a noté l'Office allemand des statistiques.

La Commission européenne prévoit que le bloc de l'euro devrait connaître une contraction de 0,4% en 2013 avant de croître de 1,1% en 2014, puis de 1,7% en 2015.

Toutefois, avec un taux de chômage à plus de 12% dans la zone euro et un jeune sur deux sans emploi en Grèce et en Espagne, les perspectives de reprise sont peu encourageantes.

Comme la France, l'Italie a connu une légère contraction de son économie au troisième trimestre (-0,1%), tandis que les Pays-Bas ont réussi à afficher une petite croissance, de 0,1%.

Le Portugal a confirmé sa sortie de récession avec une croissance de 0,2% au troisième trimestre, un rythme toutefois en net ralentissement par rapport à celui de 1,1% au deuxième trimestre, tandis que l'Espagne a annoncé le mois dernier être sortie de la récession, avec une croissance de 0,1%.

Par rapport au troisième trimestre 2012, l'économie de la zone euro s'est contractée de 0,4% après une baisse de 0,6% au deuxième trimestre (révisée de -0,5%). Les économistes attendaient en moyenne une contraction de 0,3%.

Eurostat a confirmé dans le même temps le fort rebond (+0,5%) du produit intérieur brut du deuxième trimestre, qui faisait suite à deux trimestres de légère contraction.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison


Mes listes

valeur

dernier

var.

120.14 +0.16%
0.88 +0.03%
0.205 -2.62%
52.205 +4.47%
119.54 -0.13%
1.437 -4.33%
25.03 -0.32%
72.85 -0.07%
153 -0.65%
18.53 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.