Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La reprise en Europe apparaît dans les résultats des entreprises

Reuters 23/02/2015 à 20:00

LA REPRISE EN EUROPE SE SIGNALE DANS LES RÉSULTATS DES ENTREPRISES

par Tom Bergin et Blaise Robinson

LONDRES/PARIS (Reuters) - La reprise tant attendue en Europe commence à transparaître dans les résultats des grandes entreprises, même si leurs dirigeants continuent de mettre en avant la hausse de la demande en Asie ou aux Etats-Unis.

Reuters a analysé les commentaires de plus d'une cinquantaine de multinationales qui vendent leurs produits en Europe et qui ont pour la plupart fait état de résultats en hausse pour le quatrième trimestre 2014.

Parmi elles, 71% ont fait état d'une accélération ou d'un retournement à la hausse de leur croissance sur le Vieux Continent l'an dernier. Seules 16% ont fait état d'une détérioration ou ont dit attendre un déclin de leurs opérations européennes en 2015, et 13% s'attendent à une stagnation.

"Les marchés européens se sont redressés au-delà de nos attentes", a déclaré Carlos Ghosn, le directeur général de Renault, aux investisseurs ce mois-ci.

Les entreprises s'attendent à ce que cette dynamique soit entretenue tout au long de l'année par la baisse des cours du pétrole, qui favorise le pouvoir d'achat des ménages, et par le programme d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne, synonyme d'injections de liquidités sur les marchés.

Pour Benoît Peloille, stratège chez Natixis, ce contexte plus favorable n'est pas encore pleinement pris en compte par les investisseurs.

"C'est encore sous le radar des investisseurs mondiaux qui ont déserté l'Europe ces dernières années et restent sceptiques quant à la tendance des résultats, dit-il.

"Il y a une amélioration du paysage macro en Europe, et les entreprises commencent à en bénéficier."

Les pays d'Europe du Nord comme le Royaume-Uni ou l'Allemagne sont généralement considérés comme les marchés les plus prometteurs, mais nombre d'entreprises ont fait état d'une nette amélioration en Europe du sud.

Christian Mulliez, le directeur financier de L'Oréal, a ainsi attribué à la reprise en Europe du Sud la forte amélioration des ventes du groupe de cosmétiques, qui a enregistré l'an dernier sa meilleure croissance depuis 2007.

Dans leurs publications de résultats du quatrième trimestre, 58% des sociétés membres de l'indice paneuropéen Stoxx 600 ont fait état d'une hausse de leurs profits, même si ces chiffres intègrent leurs opérations hors Europe.

Dans l'ensemble, les résultats du quatrième trimestre sont attendus en hausse de 19,5%, ce qui en ferait la meilleure moisson en Europe depuis trois ans et demi.

Signe de l'attrait retrouvé du Vieux Continent, les fonds spécialisés sur les actions européennes ont enregistré la semaine dernière des entrées nettes de 5,8 milliards d'euros, du jamais vu.

L'EURO AIDE AUSSI

La hausse de la demande a partout été mise en avant. Cet élément, ajouté aux réductions de coûts opérées ces dernières années, a permis à nombre d'entreprises d'accroître leurs marges, même dans un environnement déflationniste.

"Il est difficile d'augmenter nos prix catalogues mais on a vu néanmoins une formidable expansion de nos marges l'an dernier", a déclaré le mois dernier Ian Cook, le directeur général de la multinationale américaine Colgate-Palmolive.

Les sociétés européennes bénéficient en outre de la baisse de l'euro, que certains voient reculer jusqu'à la parité avec le dollar.

La faible croissance en Europe - 1,3% sur un an au quatrième trimestre, soit moitié moins qu'aux Etats-Unis -, l'inflation désormais négative et le QE de la BCE ont fait tomber la monnaie unique à son plus bas niveau depuis 11 ans face au billet vert.

ArcelorMittal a noté que le taux de change rendait le marché européen bien plus compliqué pour ses concurrents étrangers.

Caterpillar, le constructeur américain d'engins de chantier, a dit attendre des conditions plus difficiles en Europe mais son directeur général Doug Oberhelman a rappelé que le groupe avait une usine en France qui aurait tout à gagner d'un euro à parité avec le dollar.

Des industriels européens comme Daimler, ABB ou Alstom ont confirmé attendre un effet bénéfique des taux de change sur leurs exportations. Leur compétitivité accrue devrait aussi profiter à leurs fournisseurs même étrangers, comme l'américain 3M qui a pour clients de nombreux groupes industriels et pharmaceutiques européens.

"La hausse de leurs exportations sera une bonne chose pour 3M", a dit le directeur général Inge Thulin aux investisseurs en présentant les derniers résultats.

Les entreprises restent en revanche prudentes pour leurs perspectives en Russie et en Ukraine, et la santé de l'économie française en inquiète un bon nombre également.

Elles sont seulement trois, en revanche, à craindre un effet de contagion de la nouvelle crise grecque en Europe. Mais parmi ces trois, le groupe industriel américain United Technologies Corporation a ajouté que tout impact négatif de la situation grecque serait compensé par les effets bénéfiques du QE et de la baisse des cours du brut.

(avec la contribution d'Andrew Callus à Paris et de Helena Soderpalm à Stockholm, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Joanny)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.