1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

"La réduction du temps de travail ne crée pas d'emplois"

Le Point26/07/2016 à 16:42

Quinze ans après les lois Aubry, la question du temps de travail hebdomadaire reste au coeur du débat.

Professeur affilié au département d'économie de Sciences Po, Stéphane Carcillo, spécialiste des réformes du marché du travail, dénonce les conclusions du rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) sur la réduction du temps de travail.

Le Point.fr : Le passage aux 35 heures a-t-il créé 350 000 emplois entre 1998 et 2002, comme le réaffirme le rapport de l'Igas, sur la base de l'étude de référence de la Dares, la direction études et statistiques du ministère du Travail, en 2004 ?

Stéphane Carcillo : C'est un chiffre qui repose sur de premières études datées. Surtout, elles n'ont jamais été publiées dans les revues académiques de niveau international. Et ce, pour une bonne raison : elles comparent des entreprises qui sont volontairement passées aux 35 heures, comme les y incitait la loi Aubry I, à celles qui sont d'abord restées aux 39 heures. Cette comparaison souffre d'un effet énorme de sélection. Celles qui ont choisi de passer aux 35 heures étaient sans doute les plus productives et en phase de créations d'emploi. En plus, elles ont bénéficié d'incitations financières via des baisses de charges sociales importantes sur les bas salaires. Du coup, personne ne peut attribuer les éventuelles créations d'emploi à la baisse du temps de travail ou aux baisses de charges. Tout...

Lire la suite sur Le Point.fr

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jbellet
    26 juillet18:49

    les emplois ont été crée dans le secteur public et sont payés par nos impots car dans la fonction publique on n'a pas fait de gain de productivité

    Signaler un abus

  • frk987
    26 juillet18:17

    Comme j'aime l'honnêteté je puis dire que j'ai été un grand gagnant de cette ânerie des 35h, cadre au forfait, ça ne m'a pas changé grand chose côté boulot, mais un gain de congés que je pouvais apprécier compte tenu de mon revenu très élevé. sacrée Martine t'avais vraiment TOUT COMPRIS, t'as favorisé les cadres...sacrée cloche.

    Signaler un abus

  • frk987
    26 juillet18:14

    Vous savez, faire en 35h ce que l'on faisait en 39h, n'a à mon humble avis pas été du tout un progrès. Si l'on voulait faire un vrai bilan (impossible, soyons honnêtes), les arrêts maladie pour dépressions et stress excessif n'ont fait que réduire la rentabilité des boutiques, pour un gain de 15 jours de vacances.....dont le salarié moyen ne peut même pas profiter compte tenu de son salaire.

    Signaler un abus

  • lm123457
    26 juillet18:08

    Si on peut produire autant avec moins de personnes et qu'on consomme de façon constante (de toute façon on ne peut pas consommer plus que 24h/jour), et que le temps de travail est constant, alors le chomage augmente. Vous choisissez sur quoi vous voulez agir, mais rien ne peut sortir de cette équation.

    Signaler un abus

  • stricot
    26 juillet18:03

    La difference entre 42h et 35h, c'est 20%. Tout rond. Ca n'aurait aucun effet sur le PIB de travailler 20% de plus? A mediter.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.