Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La récession au Portugal s'est aggravée au 3e trimestre

Reuters14/11/2012 à 14:49

REPLI DU PIB AU PORTUGAL AU 3E TRIMESTRE

LISBONNE (Reuters) - La récession qui frappe l'économie portugaise s'est aggravée au troisième trimestre sous l'effet conjugué du ralentissement des exportations et de la baisse de la demande intérieure, plombée par l'austérité budgétaire.

Le produit intérieur brut (PIB) du Portugal s'est contracté de 3,4% sur un an durant la période juillet-septembre, montre la première estimation publiée mercredi par l'institut national des statistiques INE. Un chiffre à comparer à la baisse de 3,2% enregistrée au deuxième trimestre.

L'économie du pays affiche ainsi un septième trimestre consécutif de contraction, sa pire récession depuis les années 1970. D'un trimestre sur l'autre, la baisse du PIB ressort à 0,8% après -1,1% sur les trois mois précédents.

L'INE précise que la croissance des exportations portugaises a ralenti, une évolution préoccupante pour le seul secteur de l'économie qui parvenait à afficher des résultats positifs depuis le début de la crise.

"En comparaison trimestrielle, la baisse a été plus forte qu'attendu, probablement en raison du ralentissement des exportations liés aux grèves des dockers et à la faiblesse des exportations vers l'Espagne, notre principal partenaire", a commenté Teresa Gil Pinheiro, économiste de Banco BPI à Lisbonne.

La première estimation du PIB espagnol au troisième trimestre doit être publiée jeudi matin et les économistes interrogés par Reuters attendent en moyenne un recul de 0,3% d'un trimestre sur l'autre et de 1,6% sur un an.

L'INE note toutefois que l'impact négatif de la demande intérieure portugaise sur l'activité économique dans son ensemble a été moins marqué en rythme annuel sur juillet-septembre.

L'AUSTÉRITÉ BUDGÉTAIRE HANDICAPE LA DEMANDE

Les économistes s'attendent à ce que la demande intérieure continue de baisser jusqu'à la fin de l'année et en 2013 en raison des hausses d'impôts et de taxes prévues par le budget 2013, les plus importantes depuis des décennies.

Cet alourdissement de la pression fiscale, auquel s'ajoute une réduction des dépenses publiques, s'inscrit dans le cadre des mesures d'austérité imposées à Lisbonne par l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI), en contrepartie du plan d'aide de 78 milliards d'euros qu'ils lui ont accordé.

"Nous nous conformons à un processus d'ajustement très dur, non pas pour prouver notre obéissance mais parce que c'est de cette manière que nous redresserons le pays", a déclaré le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, mercredi dans une allocution télévisée.

Son gouvernement prévoit une contraction de 3% du PIB cette année.

"Nous devons abaisser le niveau de nos dépenses à la mesure de nos possibilités", a ajouté le Premier ministre alors que les principaux syndicats du pays avaient appelé à la grève générale ce mercredi dans le cadre d'un mouvement social européen. (voir: )

L'INE a également fait état d'une nouvelle hausse du taux de chômage au troisième trimestre, à 15,8%, un nouveau record, contre 15% trois mois plus tôt et 12,4% un an auparavant.

Chez les jeunes, l'INE a recensé 39% de sans-emploi sur juillet-septembre.

Cette montée du chômage, plus forte que prévu initialement par les bailleurs de fonds internationaux et le gouvernement, affecte les recettes fiscales et se traduit par une hausse des dépenses d'indemnisations.

Le gouvernement prévoit que le taux de chômage atteindra 16,4% l'année prochaine.

Axel Bugge, Marc Angrand pour le service français, édité par Catherine Monin

Mes listes

valeur

dernier

var.

114.3 -7.19%
66.6 -2.49%
61.7 -0.71%
19.84 -2.12%
27 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.