Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La question d'une sortie de l'euro revient dans le débat

Reuters17/08/2012 à 19:07

HELSINKI ENVISAGE L'ÉCLATEMENT DE LA ZONE EURO

HELSINKI/VIENNE (Reuters) - La question d'un éclatement de la zone euro est revenue dans le débat vendredi : c'est une possibilité à laquelle il faut se préparer, a dit le ministre finlandais des Affaires étrangères, tandis que son homologue autrichien a préconisé l'expulsion des Etats membres qui ne respectent pas leurs engagements.

Ces propos, alors que la chancelière allemande Angela Merkel avait réaffirmé la veille sa détermination à tout faire pour maintenir la monnaie unique, ont amené plusieurs dirigeants politiques à allumer des contre-feux, à Helsinki et à Vienne mais aussi à Amsterdam.

Mettant les choses au point, le ministre néerlandais des Finances a déclaré que pour les Pays-Bas et pour la zone euro, la question centrale était de maintenir la cohésion du bloc communautaire.

"Nous ne spéculons jamais sur une sortie ou sur un éclatement de la zone euro. La zone euro est très importante pour les Pays-Bas. Nous avons tiré beaucoup de bénéfices de l'Europe et du marché unique", a dit Jan Kees de Jager à des journalistes.

En Autriche, le chancelier Werner Faymann a insisté sur le fait qu'il ne voulait voir aucun pays éjecté de la zone euro. "Les conséquences négatives d'un éclatement de la zone euro dépasseraient de très loin n'importe quel avantage que pourrait en tirer tel ou tel pays", a-t-il dit.

Le chancelier a ainsi répliqué à son vice-chancelier qui, pour sauver la monnaie unique, venait de plaider pour un mécanisme qui permettrait l'expulsion de la zone euro des pays qui ne respectent pas les objectifs de déficit budgétaire.

"Il faut que nous ayons la possibilité d'éjecter de l'union monétaire (...) les pays qui ne tiennent pas leurs engagements", dit Michael Spindelegger, qui est également ministre des Affaires étrangères, dans un entretien publié vendredi par le journal autrichien Kurier.

Cette idée, ajoute-t-il, a été discutée entre dirigeants européens. Elle bénéficierait du soutien de pays comme l'Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Finlande, dit-il aussi. Ces pays sont les quatre membres de la zone euro bénéficiant encore d'une note de crédit triple A de la part des trois principales agences de notation.

"CAMISOLE DE FORCE"

La Finlande pour sa part, selon son ministre des Affaires étrangères, a élaboré un "plan opérationnel" pour parer à toute éventualité en cas de disparition de la monnaie unique.

"C'est quelque chose que personne ne préconise en Finlande - même les Vrais Finnois (parti d'opposition eurosceptique, NLDR) - surtout pas le gouvernement. Mais nous devons nous y préparer", dit Erkki Tuomioja, cité vendredi dans le Daily Telegraph britannique.

Dans la foulée de ces déclarations, son collègue des Affaires européennes Alexander Stubb a déclaré à Reuters que la Finlande était "engagée à 100%" dans l'euro, ajoutant : "Je veux dire clairement que les spéculations du ministre des Affaires étrangères ne reflètent pas la position du gouvernement."

Alexander Stubb est un proche allié du Premier ministre, qui appartient comme à la Coalition nationale qui affiche ses convictions en faveur de l'euro. Erkki Tuomioja est membre du Parti social démocrate qui exige de strictes contreparties en échange des aides accordées aux pays en difficulté.

Egalement cité dans le Daily Telegraph, le chef du parti des Vrais Finnois affirme que les contribuables finlandais sont furieux. "Il n'y a pas de règle sur la façon de sortir de l'euro, mais ce n'est qu'une question de temps. Le Nord ou le Sud va quitter (la zone euro) parce que cette camisole de force plonge des millions de gens dans la misère et détruit l'avenir de l'Europe", dit Timo Soini.

En Autriche, les propos du ministre des Affaires étrangères font écho à ceux de sa collègue des Finances Maria Fekter, membre comme lui du Parti populaire autrichien, qui a suggéré que la Grèce pourrait être contrainte de sortir de l'euro.

A la question de savoir s'il vise spécifiquement la Grèce, Michael Spindelegger répond à Kurier : "Si une telle règle existait, on aurait déjà eu à en tirer les conséquences."

En octobre 2009, le nouveau gouvernement grec a reconnu que le déficit budgétaire était de 13% du produit intérieur brut et non de 6% comme Athènes l'avait jusqu'alors assuré, marquant le début de la crise de la dette.

Michael Spindelegger distingue la situation de la Grèce de celle de l'Espagne, qui pourrait devenir le prochain pays à solliciter un plan de sauvetage international après celui accordé à ses banques.

"Il y a eu un éclatement de la bulle immobilière là-bas, mais les Espagnols ne nous ont pas trompés", dit-il.

Ritsuko Ando à Helsinki, Georgina Prodhan à Vienne, Tangi Salaün pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.