Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

La prudence domine à deux jours des annonces de la Fed
information fournie par Reuters26/04/2021 à 10:14

LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN LÉGÈRE HAUSSE

LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN LÉGÈRE HAUSSE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent sans grand changement lundi en début de séance, les investisseurs restant sur la défensive avant les rendez-vous économiques clés des jours à venir, à commencer par la réunion de la Réserve fédérale américaine.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,17% à 6.268,86 points vers 07h45 GMT. A Londres, le FTSE 100 cède 0,08% et à Francfort, le Dax avance de 0,26%.

L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,17%, le FTSEurofirst 300 de 0,09% et le Stoxx 600 de 0,23%.

Si les marchés s'attendent à ce que la Fed prolonge le statu quo sur sa politique monétaire, ils seront à l'affût de la moindre évolution de son communiqué et des déclarations de son président, Jerome Powell, mercredi.

Le principal enjeu est désormais le moment auquel la banque centrale commencera à évoquer une diminution progressive de ses achats de titres sur les marchés en s'appuyant sur les progrès de la reprise économique après la crise du coronavirus.

La semaine sera aussi animée par les premiers chiffres du PIB américain au premier trimestre jeudi. En attendant, les investisseurs surveilleront à 08h00 l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne.

Ils restent par ailleurs attentifs à l'évolution de la pandémie, l'Inde focalisant désormais les inquiétudes.

VALEURS

La meilleure performance sectorielle du début de séance est pour le compartiment des matières premières, dont l'indice Stoxx progresse de 1,07% avec la hausse des cours des métaux de base, à commencer par le cuivre, qui a atteint un plus haut de dix ans à Shanghai.

Les valeurs automobiles, elles, reculent dans le sillage de Volkswagen (-1,46%) après les informations du Financial Times selon lesquelles le groupe allemand à demandé à ses cadres de se préparer à une nouvelle diminution de la production au deuxième trimestre en raison de la pénurie de semi-conducteurs.

A Paris, Renault abandonne 1,41% et Stellantis 0,76%.

Lagardère bondit de 7,25% après avoir annoncé envisager un abandon de son statut de société en commandite, un changement de gouvernance qui pourrait changer la donne sur l'évolution du périmètre du groupe.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a fini la journée en hausse de 0,36%, profitant entre autres du rebond des valeurs du transport aérien et du tourisme après la forte baisse des derniers jours liée à la situation sanitaire.

ANA a ainsi pris 5,78% après avoir dit s'attendre à une perte annuelle moins lourde qu'anticipé par le marché.

En Chine, le SSE Composite a en revanche perdu 0,95% et le CSI 300 1,13%.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les principaux indices américains signalent pour l'heure une ouverture en légère hausse pour le Dow Jones mais sans grand changement pour le Standard & Poor's 500 et le Nasdaq après la nette hausse de vendredi, qui a fait suite à un mouvement de repli la veille lié à des inquiétudes liées à la possibilité d'une réforme de la fiscalité sur les plus-values aux Etats-Unis.

Le Dow a gagné 0,67%, à 34.043,49 points, le S&P-500 1,09%, à 4.180,17 et le Nasdaq Composite 1,44% à 14.016,81.

Sur la semaine, le Dow a néanmoins perdu 0,46%, le S&P 0,13% et le Nasdaq 0,25%. Il s'agit du premier repli hebdomadaire en cinq semaines pour le Dow et le S&P, en quatre semaines pour le Nasdaq.

TAUX

Orientés à la hausse dans les tout premiers échanges, les rendements de référence de la zone euro sont revenus pratiquement à l'équilibre, signe que la prudence reste de mise aussi sur les marchés obligataires.

Celui du Bund allemand à dix ans s'affiche à -0,255%, celui de l'OAT française de même échéance à -0,0042%.

Le dix ans américain est lui aussi quasi stable à 1,5773%.

CHANGES

Le dollar cède un peu de terrain face aux autres grandes valeurs (-0,08%), non loin du plus bas de huit semaines touché en début de journée, pénalisé par la perspective de voir la Fed camper sur ses positions mercredi quant à une éventuelle réduction progressive de ses achats sur les marchés.

L'euro se traite à 1,2093 dollar après avoir atteint, à 1,2116, son plus haut niveau depuis deux mois face au billet vert.

A noter aussi, la faiblesse de la livre turque après la reconnaissance du génocide arménien de 1915 par Joe Biden, qui fait craindre un regain de tension entre Ankara et Washington, et le rebond du bitcoin à près de 53.000 dollars après son passage sous 50.000 dollars ces derniers jours.

PÉTROLE

Le marché pétrolier souffre de la dégradation rapide et marquée de la situation sanitaire en Inde, qui fait craindre une chute de la demande du troisième importateur mondial.

Ce mouvement est amplifié par des ajustements de position à l'approche du mois de mai, qui verra l'Opep+ assouplir l'encadrement de sa production.

Le Brent abandonne 1,03% à 65,43 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,06% à 61,48 dollars.

(édité par Patrick Vignal)

Valeurs associées

NEXC +1.43%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.