Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La première vente aux enchères de cornes de rhinocéros ouvre en AfSud

Reuters23/08/2017 à 16:34
    JOHANNESBURG, 23 août (Reuters) - La première et très 
controversée vente aux enchères de cornes de rhinocéros a ouvert 
mercredi en Afrique du Sud. 
    John Hume, le plus gros éleveur privé du pays, propose 264 
cornes à la vente après avoir obtenu de la justice sud-africaine 
la levée du moratoire imposé depuis 2009 par le gouvernement sur 
le commerce domestique de la corne.   
    Le commerce international de la corne de rhinocéros, comme 
celui de l'ivoire, reste interdit par la CITES (Convention sur 
le commerce international des espèces de faune et de flore 
menacées d'extinction), un traité de l'Onu. 
    Mais vu qu'il n'existe pas de marché pour ce produit en 
Afrique du Sud, les organisations de protection de la nature 
soupçonnent que les cornes vendues aux enchères termineront 
illégalement sur les marchés chinois ou vietnamien, principaux 
débouchés pour les cornes issues du braconnage. 
    Plus d'un millier de rhinocéros sont tués chaque année par 
les braconniers dans les parcs nationaux et réserves privées 
d'Afrique du Sud, sur une population de 20 à 25.000 animaux, 
soit 80% du cheptel mondial. 
    John Hume, qui élève quelque 1.500 rhinocéros blancs dans sa 
ferme située au sud-ouest de Johannesburg, et en prélève les 
cornes tous les deux à trois ans en anesthésiant les bêtes, a 
d'ailleurs fait la promotion de son site d'enchères en mandarin 
et en vietnamien. 
    La corne, utilisée notamment en poudre pour la médecine 
traditionnelle asiatique, se vendrait au marché noir jusqu'à 
60.000 dollars le kilo, davantage que l'or ou la cocaïne. 
    A lui seul, John Hume posséderait un stock de six tonnes de 
cornes, dont il met 500 kg aux enchères lors de cette première 
controversée. 
    Les éleveurs de rhinocéros sud-africains soulignent que 
l'opération consistant à prélever les cornes des animaux est 
indolore - composées de kératine, elles repoussent ensuite - et 
disent que l'argent de leur vente permettra d'améliorer la lutte 
contre le braconnage et la protection de l'espèce, aujourd'hui 
menacée. 
    Mais ces arguments sont balayés par les défenseurs de la 
nature qui notent que ces moyens bénéficieront surtout aux 
rhinocéros d'élevage, et pas aux animaux sauvages qui seront à 
l'inverse davantage exposés. 
    Les éleveurs affirment aussi que la reprise des ventes 
légales permettrait d'inonder le marché et donc de faire chuter 
les prix, rendant leur trafic moins rentable et le braconnage 
moins attractif. 
    Mais leurs affirmations ne sont pas étayées par des faits, 
et les opposants à la légalisation du commerce font remarquer 
que le fait que le kilo d'ivoire ne coûte "que" 2.000 euros 
n'empêche pas le massacre des éléphants. 
    Ils notent aussi que la Chine et le Vietnam constituent à 
eux deux un marché de 1,5 milliard de personnes qu'il ne sera 
jamais possible de satisfaire, alors même que les initiatives se 
sont multipliées ces dernières années pour convaincre ces pays 
de combattre plus efficacement le trafic d'espèce menacées. 
 
 (Zandi Shabalala; Tangi Salaün pour le service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.88 -1.84%
7.96 -0.50%
36.005 -0.73%
115 +0.36%
52.6 -0.53%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.