Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La livre sterling dopée par les vaccins
Boursorama avec Media Services23/02/2021 à 14:41

Depuis deux mois, la livre a gagné plus de 5% face au dollar et à l'euro, signe de l'enthousiasme des cambistes sur la campagne de vaccination britannique.

(Photo d'illustration) ( AFP / DANIEL SORABJI )

(Photo d'illustration) ( AFP / DANIEL SORABJI )

Juste avant Noël, les investisseurs craignaient encore que le Royaume-Uni quitte le marché unique sans accord, et face à la pandémie de Covid-19, le pays se démarquait surtout comme étant le plus endeuillé d'Europe (plus de 120.000 morts fin février). Mais depuis deux mois, la livre britannique poursuit une hausse effrénée face à l'euro et au dollar : elle a gagné plus de 5% face au dollar et à l'euro, une des plus belles performances dans le secteur des devises majeures.

Un bond dû au nombre de personnes vaccinées : selon le gouvernement, un adulte sur trois a déjà reçu une première dose, soit plus de 17,5 millions de personnes .

Autre facteur d'optimisme : le Premier ministre Boris Johnson a présenté lundi un plan de déconfinement qu'il veut "prudent" mais "irréversible". "Après une année où la réputation du gouvernement a souffert de changements brutaux de stratégie, le Royaume-Uni a pris les bonnes décisions sur les vaccins", explique à l' AFP Jane Foley, spécialiste des devises chez Rabobank.

"Les perspectives économiques s'éclaircissent"

Au début de la pandémie, la devise britannique, considéré comme un actif risqué, avait plongé à des plus bas en des décennies face au billet vert et avait approché de la parité face à l'euro. Elle atteint désormais des sommets en près d'un an face à l'euro, à moins de 86,40 pence pour un euro, et en près de trois ans face au dollar, à 1,40 dollar pour une livre.

"Les perspectives économiques du Royaume-Uni s'éclaircissent, particulièrement comparé à l'Union européenne", où la campagne de vaccination est moins rapide, ajoutent les analystes de Capital Economics dans une note.

"Les cambistes digèrent aussi le fait que, finalement, ils ne vont probablement pas avoir à s'adapter à des taux d'intérêts négatifs", ont noté les analystes de UBS.

Comme les autres institutions monétaires, la Banque d'Angleterre (BoE) a adopté un taux directeur à son plus bas historique (0,1%) pour faire face à la pandémie de Covid-19, mais les cambistes craignaient surtout qu'elle n'adopte un taux négatif, comme la Banque centrale européenne (BCE) ou la Banque du Japon (BoJ).

Cette mesure rendrait coûteux, et donc moins attractif, de posséder des livres sterling. Mais lors de sa dernière réunion monétaire, la BoE a annoncé que cette option ne serait pas sur la table avant août, et le patron de la Banque, Andrew Bailey, a insisté sur le fait que son adoption n'était pas garantie. Résultat, les cambistes privilégient la livre par rapport au dollar, affaibli par la politique très accommodante de la Fed, ou à l'euro, où la campagne de vaccination n'avance pas.

Et contrairement à l'euro, dont le niveau élevé face au dollar préoccupe car il pèse sur les exportations , la livre ne renoue qu'avec des niveaux relativement bas : la monnaie britannique perd encore 12% face à l'euro et 6% face au dollar, comparée à son niveau d'avant le référendum sur le Brexit, en juin 2016.

"Les exportations britanniques sont toujours moins chères qu'avant le référendum", commente Paul Dales, analyste chez Capital Economics. 

S'il prévoit que la livre remonte à des niveaux proches d'avant le vote du Brexit dans les prochains mois face au dollar, "cela sera un nouvel inconvénient pour les exportateurs, et un petit coup de pouce pour les ménages (dans l'achat de biens importés), mais il n'y aura pas de grosse différence pour l'économie britannique", estime-t-il. Pour autant, "la route de la reprise va être sinueuse", prévient Mme Foley.

Les variants, l'efficacité des vaccins et la vigueur de la reprise doivent être au rendez-vous pour que la livre se maintienne, et un autre risque se profile : "les élections en Ecosse en mai pourraient redonner une vie au mouvement indépendantiste, ce qui pèserait sur la livre", souligne-t-elle.

Valeurs associées

Swiss EBS Stocks +3.10%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pascalcs
    23 février14:54

    Mais, mais....mais...le brexit le brexit. On attend l'effondrement du UK. C'est quoi cet article ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer