1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La grève s'étend dans le pétrole norvégien, pas d'impact
Reuters15/07/2018 à 16:27

    * 900 grévistes de plus attendus lundi
    * Pas d'impact sur la production

    OSLO, 15 juillet (Reuters) - La grève dans les installations
pétrolières norvégiennes en mer promet de s'intensifier lundi en
l'absence de discussions entre armateurs et syndicats durant le
week-end.
    Des centaines d'employés de l'industrie norvégienne du
pétrole et du gaz se sont mis en grève mardi après le rejet
d'une proposition d'accord salarial, perturbant la production
d'au moins un gisement, celui de Knarr exploité par Shell
 RDSa.L , qui produit 23.900 barils d'équivalent pétrole par
jour.  
    Un des syndicats, Safe, prévoit de faire débrayer 901
travailleurs supplémentaires à partir de dimanche minuit.
L'arrêt de travail n'aura pas d'impact immédiat sur la
production d'hydrocarbures.
    Le patronat du secteur a dit samedi n'envisager aucune prise
de contact avant la date butoir. "Notre position est inchangée",
a dit à Reuters Jakob Korsgaard, principal négociateur de
l'Association des armateurs.
    Les nouveaux débrayages affecteront des installations
exploitées par Saipem  SPMI.MI , Transocean  RIGN.S , Songa
Offshore, Odfjell Drilling  ODLL.OL , Archer  ARCHER.OL  et COSL
 601808.SS , parmi d'autres.
    Les employeurs, qui jugent que les travailleurs du secteur
bénéficient déjà de salaires corrects, envisagent des
contre-mesures si la grève venait à se prolonger.
    "A l'évidence un conflit comme celui-ci ne peut durer
éternellement. Toutes les contre-mesures sont à l'étude", a
déclaré Korsgaard sans entrer dans le détail.
    En 2012, les employeurs avaient menacé de fermer toutes les
installations pétrolières et gazières en Normandie après une
grève de plusieurs semaines qui avait réduit la production du
pays de 13%.
    Le gouvernement avait alors ordonné aux travailleurs
offshore de reprendre le travail pour éviter une fermeture
totale, invoquant une loi qui lui permet de mettre fin à des
grèves menaçant l'économie nationale.
    "Le gouvernement a cette mesure à sa disposition s'il la
juge pertinente", a dit Korsgaard.

 (Lefteris Karagiannopoulos, Véronique Tison pour le service
français)
 

Valeurs associées

MIL -0.39%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer