Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Grèce veut des discussions immédiates avec la troïka

Reuters07/03/2015 à 00:24

LA GRÈCE VEUT DES DISCUSSIONS IMMÉDIATES AVEC LA TROÏKALA GRÈCE VEUT DES DISCUSSIONS IMMÉDIATES AVEC LA TROÏKA

par Alastair Macdonald

BRUXELLES (Reuters) - La Grèce a demandé vendredi dans une lettre aux pays de la zone euro l'ouverture immédiate de discussions techniques avec ses créanciers internationaux à propos d'un premier train de réformes censé lui permettre de recevoir de nouveaux crédits.

Cette lettre, qui détaille aussi les réformes que le nouveau gouvernement de gauche d'Alexis Tsipras se dit prêt à engager, doit être discutée par les ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, lundi lors de leur prochaine réunion à Bruxelles.

"Je vous écris maintenant (...) pour vous transmettre l'opinion du gouvernement grec selon laquelle il est nécessaire d'entamer immédiatement les discussions entre notre équipe technique et celle des institutions", déclare le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, dans une lettre au président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem.

Cette demande marque un assouplissement de la position de la Grèce qui avait jusqu'ici refusé de discuter de la mise en oeuvre des réformes avec la "troïka", les trois institutions qui la supervisent jusqu'ici dans le cadre de ses plans de sauvetage : la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne et le Fonds monétaire international (FMI).

La Grèce, qui doit rembourser des prêts dans les prochaines semaines et les prochains mois, est à court d'argent. Elle a un besoin urgent des crédits de la zone euro pour éviter la faillite.

Dans sa lettre, Varoufakis propose que les discussions aient lieu à Bruxelles, ce qui éviterait aux yeux du public l'image d'abandon de souveraineté représentée par les visites des représentants de la troïka à Athènes ces cinq dernières années.

Les ministres des Finances de la zone euro ont donné au nouveau gouvernement grec jusqu'à la fin avril pour mettre en oeuvre les mesures que le précédent gouvernement conservateur avait acceptées en échange des prêts.

Après cela, la Grèce aura deux mois, jusqu'à la fin juin, pour négocier avec ses créanciers la façon dont elle sera financée par la suite.

SEPT REFORMES

Dans sa lettre, Varoufakis explique que la Grèce ne veut pas attendre jusqu'à avril pour entamer les discussions et veut que le nouvel accord de financement soit appelé "Contrat pour la reprise et la croissance de l'économie grecque".

Il cite sept réformes susceptibles de fournir une base aux discussions techniques avec la troïka.

La Grèce veut notamment activer le Conseil fiscal, une institution dont le principe a été voté mais qui n'a jamais été mise en oeuvre. Cet organisme indépendant serait chargé de suivre la politique de l'Etat en matière de finances publiques.

Divers plafonds seraient introduits pour limiter les dépenses de l'Etat.

La fraude fiscale étant répandue en Grèce, le ministre des Finances propose d'engager un grand nombre d'inspecteurs non professionnels pour une période de deux mois. Ces inspecteurs seraient par exemple des étudiants, du personnel de maison ou même des touristes.

"La nouvelle même que des milliers de simples observateurs sont partout, portant sur eux du matériel d'enregistrement audio et vidéo pour le compte des autorités fiscales, est susceptible de changer très vite ces pratiques", assure Varoufakis.

Le gouvernement se montre aussi plus réaliste au sujet des arriérés d'impôts dus par les Grecs. Ils se montent à 76 milliards d'euros, selon l'évaluation donnée dans la lettre, dont 23,56 milliards datent d'avant 2009.

Mais seulement 8,9 milliards sur ces 76 milliards sont susceptibles d'être récupérés pour l'instant, estime Varoufakis.

La Grèce propose aussi de taxer les paris en ligne, de réduire la bureaucratie, mais maintient un budget pour l'aide aux plus pauvres.

Si le gouvernement Tsipras parvient à conclure, c'est-à-dire à mettre en oeuvre les réformes acceptées par le précédent gouvernement conservateur, il pourrait obtenir un prêt d'1,8 milliard d'euros restant sur le plan de sauvetage en cours. Ce plan se monte au total à 240 milliards d'euros.

En outre, la Grèce pourrait obtenir le profit de 1,9 milliard d'euros que la BCE a réalisé en achetant des obligations grecques.

Enfin, les banques grecques seraient à nouveau autorisées à se financer auprès de la BCE aux conditions du marché.

(Danielle Rouquié pour le service français)

par Alastair Macdonald

BRUXELLES (Reuters) - La Grèce a demandé vendredi dans une lettre aux pays de la zone euro l'ouverture immédiate de discussions techniques avec ses créanciers internationaux à propos d'un premier train de réformes censé lui permettre de recevoir de nouveaux crédits.

Cette lettre, qui détaille aussi les réformes que le nouveau gouvernement de gauche d'Alexis Tsipras se dit prêt à engager, doit être discutée par les ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, lundi lors de leur prochaine réunion à Bruxelles.

"Je vous écris maintenant (...) pour vous transmettre l'opinion du gouvernement grec selon laquelle il est nécessaire d'entamer immédiatement les discussions entre notre équipe technique et celle des institutions", déclare le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, dans une lettre au président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem.

Cette demande marque un assouplissement de la position de la Grèce qui avait jusqu'ici refusé de discuter de la mise en oeuvre des réformes avec la "troïka", les trois institutions qui la supervisent jusqu'ici dans le cadre de ses plans de sauvetage : la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne et le Fonds monétaire international (FMI).

La Grèce, qui doit rembourser des prêts dans les prochaines semaines et les prochains mois, est à court d'argent. Elle a un besoin urgent des crédits de la zone euro pour éviter la faillite.

Dans sa lettre, Varoufakis propose que les discussions aient lieu à Bruxelles, ce qui éviterait aux yeux du public l'image d'abandon de souveraineté représentée par les visites des représentants de la troïka à Athènes ces cinq dernières années.

Les ministres des Finances de la zone euro ont donné au nouveau gouvernement grec jusqu'à la fin avril pour mettre en oeuvre les mesures que le précédent gouvernement conservateur avait acceptées en échange des prêts.

Après cela, la Grèce aura deux mois, jusqu'à la fin juin, pour négocier avec ses créanciers la façon dont elle sera financée par la suite.

SEPT REFORMES

Dans sa lettre, Varoufakis explique que la Grèce ne veut pas attendre jusqu'à avril pour entamer les discussions et veut que le nouvel accord de financement soit appelé "Contrat pour la reprise et la croissance de l'économie grecque".

Il cite sept réformes susceptibles de fournir une base aux discussions techniques avec la troïka.

La Grèce veut notamment activer le Conseil fiscal, une institution dont le principe a été voté mais qui n'a jamais été mise en oeuvre. Cet organisme indépendant serait chargé de suivre la politique de l'Etat en matière de finances publiques.

Divers plafonds seraient introduits pour limiter les dépenses de l'Etat.

La fraude fiscale étant répandue en Grèce, le ministre des Finances propose d'engager un grand nombre d'inspecteurs non professionnels pour une période de deux mois. Ces inspecteurs seraient par exemple des étudiants, du personnel de maison ou même des touristes.

"La nouvelle même que des milliers de simples observateurs sont partout, portant sur eux du matériel d'enregistrement audio et vidéo pour le compte des autorités fiscales, est susceptible de changer très vite ces pratiques", assure Varoufakis.

Le gouvernement se montre aussi plus réaliste au sujet des arriérés d'impôts dus par les Grecs. Ils se montent à 76 milliards d'euros, selon l'évaluation donnée dans la lettre, dont 23,56 milliards datent d'avant 2009.

Mais seulement 8,9 milliards sur ces 76 milliards sont susceptibles d'être récupérés pour l'instant, estime Varoufakis.

La Grèce propose aussi de taxer les paris en ligne, de réduire la bureaucratie, mais maintient un budget pour l'aide aux plus pauvres.

Si le gouvernement Tsipras parvient à conclure, c'est-à-dire à mettre en oeuvre les réformes acceptées par le précédent gouvernement conservateur, il pourrait obtenir un prêt d'1,8 milliard d'euros restant sur le plan de sauvetage en cours. Ce plan se monte au total à 240 milliards d'euros.

En outre, la Grèce pourrait obtenir le profit de 1,9 milliard d'euros que la BCE a réalisé en achetant des obligations grecques.

Enfin, les banques grecques seraient à nouveau autorisées à se financer auprès de la BCE aux conditions du marché.

(Danielle Rouquié pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.