Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« La Grèce va-t-elle quitter la zone euro ? » par Anton Brender du Cercle des économistes

Boursorama19/01/2015 à 11:05

Les conséquences d'une sortie de la Grèce de la zone euro sont plus inquiétantes que chacun ne veut le dire estime Anton Brender.

Dimanche prochain, 25 janvier, la Grèce organise des élections législatives. Le parti antilibéral Syriza fait figure de favori et s'il venait à remporter le scrutin, s'ouvrirait alors une période d'incertitudes. Selon Anton Brender, cette situation entrainerait d'inévitables effets collatéraux.

Dire si la Grèce va ou non sortir de l'euro n'est certainement pas facile. Les termes du bras de fer qui va s'engager entre Bruxelles et Athènes sont loin en effet d'être totalement fixés. Le choc n'en semble pas moins devoir être frontal. Si, comme le laissent penser les sondages, Syriza est demain au gouvernement, la Grèce demandera sûrement à l'Europe d'alléger le fardeau de sa dette et de desserrer le garrot budgétaire qui a plongé le pays dans la dépression. Sur ces deux points, l'Europe a déjà annoncé qu'elle n'était guère prête à faire de concessions et l'Allemagne a enfoncé le clou en laissant entendre que l'euro pouvait aujourd'hui survivre à une sortie de la Grèce.

Ce qui compte toutefois dans une négociation ce ne sont pas les positions que l'on affiche lorsqu'elle commence, mais la force et la détermination avec lesquelles on les défend. De ce point de vue, l'intransigeance du gouvernement grec dépendra de la lucidité avec laquelle il appréciera les conséquences pour le pays d'une sortie de l'euro. Certes, hors charge d'intérêt, le budget est aujourd'hui pratiquement à l'équilibre.

Mais si demain la Grèce sortait de l'euro et appliquait les mesures annoncées par Syriza, le déficit public aurait de grandes chances de se creuser à nouveau, d'autant que les sérieuses difficultés posées par un retour à la drachme commenceront par freiner fortement l'activité. Financer ce déficit sans enclencher une dangereuse spirale inflationniste ne sera pas facile. Une sortie de l'euro reste pour la Grèce une épreuve qu'aucun gouvernement ne devrait avoir envie d'affronter.

Il en va de même pour l'Union monétaire. Bien sûr depuis 2012, les coûts d'emprunt des autres Etats « périphériques » se sont réduits au point de laisser penser que tout risque de contagion a désormais disparu. Il n'empêche : depuis quelques mois les CDS de l'Espagne et de l'Italie, après avoir profondément baissé, ont commencé à remonter. Que celui de l'Italie soit maintenant plus élevé que celui de l'Espagne montre que les marchés s'interrogent toujours sur la capacité des Etats lourdement endettés et dont l'économie stagne à faire face à leurs engagements.

Si demain la Grèce sort de l'euro, les taux auxquels l'Italie emprunte remonteront brutalement : la dissuasion exercée par la menace d' « opérations monétaires sur titres » (OMT) ne suffira plus et la BCE devra utiliser effectivement le « bazooka »  dont elle s'est doté à l'été 2012. Son maniement ne sera pas facile ... et l'issue de l'offensive est loin d'être certaine !

Pour les deux parties, les conséquences d'un « Grexit » sont plus inquiétantes que chacun ne veut aujourd'hui le dire : le plus vraisemblable est qu'au terme d'une période, sans doute lourde de tensions et de  rebondissements, un compromis finisse par être trouvé. Avec bien sûr le risque que, d'un côté ou de l'autre, un aveuglement politicien ne conduise à préférer l'aventurisme à la raison !

Anton Brender

Anton Brender est chef économiste de Candriam depuis 2002. Il a commencé sa carrière au CEPII (Centre d'études prospectives et d'informations internationales).  Directeur de cet institut en 1990, il rejoint CPR en tant que chef économiste en 1992.  Anton Brender est professeur associé honoraire à l'Université Paris-Dauphine.

Ses principaux domaines d'expertise sont la globalisation financière et les thématiques monétaires et financières.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.