Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Grèce soulage les marchés, reste à convaincre les politiques

Reuters 03/02/2015 à 20:05

LA GRÈCE SOULAGE LES MARCHÉS, RESTE À CONVAINCRE LES POLITIQUES

(Reuters) - Le projet grec qui permettrait à Athènes de lier le fardeau de sa dette à sa croissance économique a semblé enthousiasmer les marchés financiers mardi mais les réactions des décideurs politiques sont plus prudentes et les discussions entre Athènes et ses partenaires pourraient être délicates.

L'entourage du ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a laissé entendre lundi qu'il allait proposer d'échanger la dette détenue par la Banque centrale européenne (BCE) et les autres créanciers "publics" (Etats et institutions) contre des titres indexés sur la croissance et des obligations perpétuelles.

La Bourse d'Athènes a fini sur un bond de 11,27% mardi, sa meilleure performance depuis août 2011, entraînant la plupart des grandes places européennes dans son sillage. Parallèlement, le rendement des obligations grecques à 10 ans a reflué à 9,77%, sa plus forte baisse depuis 2012.

Même les informations selon lesquelles trois des quatre principales banques du pays ont commencé à faire appel à la banque centrale pour obtenir des liquidités n'ont pas suffi à gâcher la fête : l'indice grec du secteur bancaire affichait en fin de séance une hausse de près de 18%.

Les investisseurs saluent aussi les tout premiers indices montrant que la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) pourraient assouplir leur position envers Athènes. Selon le quotidien allemand Handelsblatt, BCE et FMI pourraient quitter la "troïka", bête noire du nouveau Premier ministre Alexis Tsipras, pour laisser la place à une nouvelle instance de discussion.

Yanis Varoufakis a rendez-vous mercredi à la BCE et pourrait, selon une source gouvernementale, s'entretenir d'ici la fin de la semaine avec Mario Draghi, le président de l'institution de Francfort.

Mardi, il était à Rome où il a rencontré son homologue italien, Pier Carlo Padoan, pour un entretien qu'il a qualifié de constructif. Pour Pier Carlo Padoan, qui fut longtemps l'économiste en chef de l'OCDE, "l'attention portée à la croissance est essentielle pour assurer que la dette de la Grèce soit soutenable".

A Berlin, le discours est plus prudent : la chancelière Angela Merkel a refusé de commenter les informations sur un éventuel échange de dettes.

"NOUS ATTENDONS DES PROPOSITIONS"

"Il est clair que le gouvernement grec continue de travailler sur sa position, c'est plus que compréhensible si l'on prend en compte le fait que le gouvernement n'est aux affaires que depuis quelques jours", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse. "Nous attendons des propositions, nous engagerons ensuite des discussions", a-t-elle simplement ajouté.

Côté français, Michel Sapin, le ministre des Finances, a mis en garde la Grèce, dans un entretien à Reuters, contre la tentation d'opposer Paris et Berlin sur le dossier de la dette, ajoutant que le règlement de la crise passait par un accord franco-allemand tout autant que par le respect des engagements.

Paris entend jouer un rôle de "trait d'union" entre la Grèce et les pays les plus orthodoxes de la zone euro, Allemagne en tête. Alexis Tsipras sera d'ailleurs reçu mercredi par François Hollande.

A Bruxelles, le discours sur l'éventuel échange de dette semble toutefois plus mesuré, voire méfiant, d'autant qu'on ignore si le gouvernement Tsipras a totalement renoncé à réclamer un effacement ("haircut" dans le jargon bancaire) partiel ou total de la dette.

"Nous avons besoin de plus de précisions. Mais les premières réactions sont plutôt sceptiques", a déclaré un responsable de la zone euro. "On a peur que ce ne soit qu'une astuce pour aboutir à un 'haircut'".

La BCE et les banques centrales nationales détiennent quelque 50 milliards d'euros de dettes grecques, les Etats de l'UE 53 milliards de plus au total.

"Varoufakis est intelligent mais il sous-estime les difficultés et la marge d'appréciation constitutionnelle de la BCE et des gouvernements de la zone euro", a dit une seconde source de la zone euro.

Pour plusieurs responsables bruxellois, il est peu probable que la BCE accepte l'idée d'obligations dont le rendement serait lié à la croissance grecque ou celle de titres perpétuels (sans échéance fixée), ajoutant que la Grèce aurait du mal à obtenir de meilleures conditions de financement que celles dont elle bénéficie aujourd'hui.

"Ma réaction instinctive, c'est que ça ne marchera pas", a dit une source. "Pourquoi un tel montage financier alors que les coûts sont déjà aussi bas que possible ? Si c'est tout ce que la Grèce a à proposer, c'est très inquiétant."

(Giuseppe Fonte à Rome, Yann Le Guernigou et Ingrid Melander à Paris, Jan Strupczewski à Bruxelles, avec Madeline Chambers et Stephen Brown à Berlin et John Geddie à Londres, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Mes listes

valeur

dernier

var.

26.15 0.00%
61428.18 -6.08%
72.34 +0.25%
35.545 -0.86%
161.5 +0.31%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.