Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Grèce et ses créanciers commenceront à discuter mercredi

Reuters09/03/2015 à 21:24

LA GRÈCE ET SES CRÉANCIERS ENTAMERONT LEURS DISCUSSIONS MERCREDI

par Jan Strupczewski et Ingrid Melander

BRUXELLES (Reuters) - La Grèce et des experts de l'Union européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI) vont entamer mercredi des discussions techniques sur les réformes qu'Athènes doit mener pour obtenir un financement supplémentaire, ont annoncé lundi des responsables européens.

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, qui avait intimé à la Grèce de "ne plus perdre de temps" à son arrivée à Bruxelles pour la réunion mensuelle des ministres des Finances de la zone euro, a précisé que les discussions auraient lieu dans la capitale belge mais que des experts se rendraient dans le même temps à Athènes.

"Les discussions entre les autorités grecques et les institutions (créancières) doivent commencer et vont commencer mercredi", a déclaré Jeroen Dijsselbloem à l'issue de la réunion de l'Eurogroupe.

"Nous sommes convenus que les discussions (...) auront lieu à Bruxelles. Parallèlement, et comme cela est nécessaire, des équipes techniques des institutions seront reçues à Athènes", a-t-il ajouté.

Soucieux de montrer à ses électeurs qu'il ne compose plus avec la "troïka" des créanciers internationaux, très impopulaire en Grèce, le gouvernement de la gauche radicale d'Alexis Tsipras aurait souhaité éviter de telles discussions sur son territoire.

Mais les responsables de l'Union européenne ont fait valoir qu'il était impossible de passer en revue l'état de l'économie et des finances publiques grecques ailleurs qu'à Athènes.

"Il faut que les experts se rendent en Grèce pour évaluer la situation", a insisté le ministre maltais des Finances Edward Scicluna en sortant de la réunion de l'Eurogroupe.

Selon un compromis passé avec les autres pays de la zone euro en février, Athènes a jusqu'à la fin avril pour détailler les réformes qui seront mises en oeuvre en échange d'un supplément d'aide.

"NE PLUS PERDRE DE TEMPS"

Jeroen Dijsselbloem a précisé que les experts des trois créanciers "travailleraient ensemble et de manière coordonnée", rejetant, semble-t-il là aussi, une demande du gouvernement grec, qui souhaitait que chaque institution ait sa propre équipe pour ne pas donner l'impression que la "troïka" est toujours active.

Un responsable grec a confirmé la date de mercredi pour le début de ces discussions.

A leur arrivée à Bruxelles lundi, les ministres des Finances de la zone euro avaient pressé le gouvernement d'Alexis Tsipras, qui s'est promis de renégocier un plan d'aide internationale synonyme d'austérité budgétaire rigoureuse, d'engager des discussions détaillées avec ses créanciers pour achever son programme d'aide.

"Depuis la dernière réunion de l'Eurogroupe, on a peu avancé sur la question de la poursuite des discussions, en termes de mise en oeuvre. L'essentiel, aujourd'hui, c'est de ne plus perdre de temps", avait déclaré Jeroen Dijsselbloem.

"Nous sommes prêts à continuer à soutenir la Grèce si elle reste sur la voie des réformes", avait-t-il ajouté.

Selon des responsables européens, les ministres des Finances de la zone euro ont consacré une trentaine de minutes au dossier grec pendant leur réunion.

Les ministres n'ont pas été convaincus par la lettre que leur a adressée vendredi le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis, dans laquelle il présentait sept réformes qu'Athènes se propose d'entreprendre.

Qualifiant cette missive de simple "point de départ", ils ont estimé qu'elle n'entrait pas assez dans le détail et ne pouvait donc pas justifier, en l'état, le déblocage de fonds supplémentaires.

PAS DE DÉBLOCAGE DE FONDS ANTICIPÉ

"Il n'est pas question de discuter d'un déblocage anticipé des fonds s'il n'y a pas de mise en oeuvre (des réformes)", a insisté Jeroen Dijsselbloem, en excluant le versement de fonds d'urgence, lundi.

"Si nous parvenons à un accord global et que sa mise en oeuvre est bien enclenchée, alors je serais disposé à ce moment-là à envisager un remboursement découpé en tranches, comme nous l'avons déjà fait.

Pour convaincre ses partenaires, la Grèce est prête à proposer "immédiatement" de nouvelles réformes aux groupes techniques mis en place par ses créanciers, y compris davantage de mesures de lutte contre l'évasion fiscale, a dit une source gouvernementale grecque présente à Bruxelles.

Le ministre des Finances Yanis Varoufakis, qui a provoqué l'agacement de ses partenaires en évoquant dans les colonnes du journal italien Corriere della Sera de diman

par Jan Strupczewski et Ingrid Melander

BRUXELLES (Reuters) - La Grèce et des experts de l'Union européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI) vont entamer mercredi des discussions techniques sur les réformes qu'Athènes doit mener pour obtenir un financement supplémentaire, ont annoncé lundi des responsables européens.

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, qui avait intimé à la Grèce de "ne plus perdre de temps" à son arrivée à Bruxelles pour la réunion mensuelle des ministres des Finances de la zone euro, a précisé que les discussions auraient lieu dans la capitale belge mais que des experts se rendraient dans le même temps à Athènes.

"Les discussions entre les autorités grecques et les institutions (créancières) doivent commencer et vont commencer mercredi", a déclaré Jeroen Dijsselbloem à l'issue de la réunion de l'Eurogroupe.

"Nous sommes convenus que les discussions (...) auront lieu à Bruxelles. Parallèlement, et comme cela est nécessaire, des équipes techniques des institutions seront reçues à Athènes", a-t-il ajouté.

Soucieux de montrer à ses électeurs qu'il ne compose plus avec la "troïka" des créanciers internationaux, très impopulaire en Grèce, le gouvernement de la gauche radicale d'Alexis Tsipras aurait souhaité éviter de telles discussions sur son territoire.

Mais les responsables de l'Union européenne ont fait valoir qu'il était impossible de passer en revue l'état de l'économie et des finances publiques grecques ailleurs qu'à Athènes.

"Il faut que les experts se rendent en Grèce pour évaluer la situation", a insisté le ministre maltais des Finances Edward Scicluna en sortant de la réunion de l'Eurogroupe.

Selon un compromis passé avec les autres pays de la zone euro en février, Athènes a jusqu'à la fin avril pour détailler les réformes qui seront mises en oeuvre en échange d'un supplément d'aide.

"NE PLUS PERDRE DE TEMPS"

Jeroen Dijsselbloem a précisé que les experts des trois créanciers "travailleraient ensemble et de manière coordonnée", rejetant, semble-t-il là aussi, une demande du gouvernement grec, qui souhaitait que chaque institution ait sa propre équipe pour ne pas donner l'impression que la "troïka" est toujours active.

Un responsable grec a confirmé la date de mercredi pour le début de ces discussions.

A leur arrivée à Bruxelles lundi, les ministres des Finances de la zone euro avaient pressé le gouvernement d'Alexis Tsipras, qui s'est promis de renégocier un plan d'aide internationale synonyme d'austérité budgétaire rigoureuse, d'engager des discussions détaillées avec ses créanciers pour achever son programme d'aide.

"Depuis la dernière réunion de l'Eurogroupe, on a peu avancé sur la question de la poursuite des discussions, en termes de mise en oeuvre. L'essentiel, aujourd'hui, c'est de ne plus perdre de temps", avait déclaré Jeroen Dijsselbloem.

"Nous sommes prêts à continuer à soutenir la Grèce si elle reste sur la voie des réformes", avait-t-il ajouté.

Selon des responsables européens, les ministres des Finances de la zone euro ont consacré une trentaine de minutes au dossier grec pendant leur réunion.

Les ministres n'ont pas été convaincus par la lettre que leur a adressée vendredi le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis, dans laquelle il présentait sept réformes qu'Athènes se propose d'entreprendre.

Qualifiant cette missive de simple "point de départ", ils ont estimé qu'elle n'entrait pas assez dans le détail et ne pouvait donc pas justifier, en l'état, le déblocage de fonds supplémentaires.

PAS DE DÉBLOCAGE DE FONDS ANTICIPÉ

"Il n'est pas question de discuter d'un déblocage anticipé des fonds s'il n'y a pas de mise en oeuvre (des réformes)", a insisté Jeroen Dijsselbloem, en excluant le versement de fonds d'urgence, lundi.

"Si nous parvenons à un accord global et que sa mise en oeuvre est bien enclenchée, alors je serais disposé à ce moment-là à envisager un remboursement découpé en tranches, comme nous l'avons déjà fait.

Pour convaincre ses partenaires, la Grèce est prête à proposer "immédiatement" de nouvelles réformes aux groupes techniques mis en place par ses créanciers, y compris davantage de mesures de lutte contre l'évasion fiscale, a dit une source gouvernementale grecque présente à Bruxelles.

Le ministre des Finances Yanis Varoufakis, qui a provoqué l'agacement de ses partenaires en évoquant dans les colonnes du journal italien Corriere della Sera de dimanche l'organisation d'un référendum sur l'euro en cas de rejet de son plan de restructuration, s'est en revanche montré très discret lundi à Bruxelles.

(Marc Angrand, Jean-Stéphane Brosse et Tangi Salaün pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.