Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Grèce demande un mois pour faire des propositions

Reuters02/02/2015 à 08:16

LA GRÈCE DEMANDE UN MOIS POUR FAIRE DES PROPOSITIONS

par Ingrid Melander et Angeliki Koutantou

PARIS/ATHENES (Reuters) - Le nouveau gouvernement grec a entamé sa campagne pour la renégociation des accords sur la réduction de sa dette et a commencé à revenir sur les mesures d'austérité imposées par ses créanciers internationaux.

A l'issue d'une première semaine menée au pas de charge, l'équipe d'Alexis Tsipras a fait savoir vendredi qu'elle n'avait pas l'intention de coopérer avec la "troïka" formée par la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le fonds monétaire international (FMI), et qu'Athènes ne demanderait pas d'extension du programme d'assistance financière qui expire le 28 février.

Le chef de file de Syriza, parti de la gauche radicale vqinqueur des électoins du 25 janvier, cherche au contraire à persuader ses partenaires européens de lui accorder un répit, le temps qu'un nouvel accord soit conclu sur cette dette qui représente 175% du produit intérieur brut du pays, soit 320 milliards d'euros.

Dimanche à Paris, le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a proposé d'élaborer des propositions d'ici un mois afin de parvenir à un accord avec les créanciers internationaux et a exclu de solliciter une nouvelle tranche d'aide d'ici-là.

"Ce n'est pas que nous n'avons pas besoin d'argent, nous sommes aux abois", a-t-il reconnu lors d'une conférence de presse commune avec son homologue français, Michel Sapin.

"Au cours des cinq dernières années, la Grèce n'a vécu que pour la tranche de prêt à venir. Comme des toxicomanes, nous ne pensions qu'à la dose suivante", a-t-il déploré, jugeant le moment venu de "décrocher".

Si Athènes pouvait disposer d'un mois pour formuler ses propositions, un accord réaliste avec ses partenaires serait envisageable six semaines plus tard, a-t-il assuré.

LE TEMPS DE "RESPIRER"

Il faut "un nouveau contrat" avec la Grèce, a quant à lui déclaré Michel Sapin, insistant sur le fait que le gouvernement grec devait avoir le temps de "respirer" pour proposer des "outils" afin de sortir des difficultés et construire son programme de réformes.

La discussion doit s'ouvrir sur les moyens d'alléger le fardeau de la dette publique grecque, mais il n'est pas question d'annuler cette dette, a-t-il répété.

Avant la victoire de Syriza aux élections législatives anticipées, Alexis Tsipras avait souhaité une annulation d'une partie de la dette détenue par les Etats européens, le rééchelonnement de la partie détenue par la Banque centrale européenne et le paiement de celle détenue par le FMI.

Yanis Varoufakis, qui a rencontré vendredi le secrétaire américain au Trésor, Jack Lew, s'est dit impatient de parler au ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, dont le gouvernement n'a cessé d'insister sur la nécessité pour Athènes de rembourser ses dettes.

Il est attendu lundi à Londres puis mardi à Rome, où il sera rejoint par Alexis Tsipras. Ce dernier a prévu de rencontrer mercredi François Hollande et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

"Personnellement, je considère qu'il n'est pas improbable que nous ayons une feuille de route à l'issue de la rencontre avec M. Juncker", a commenté le vice-Premier ministre grec, Yannis Dragasakis, interrogé par la chaîne de télévision Mega.

"UN PETIT CHOC DE CROISSANCE"

A Athènes, le nouveau gouvernement a réaffirmé dimanche son intention de relever le salaire minimum, abaissé de 751 à 586 euros en 2012 à la demande des créanciers internationaux.

"Relever le salaire minimum à ce niveau peut être un petit choc de croissance", a estimé le ministre du Travail, Panos Skourletis. "Quand on donne de l'argent à des personnes aux revenus aussi bas, elles le dépensent pour des besoins de première nécessité : du pain, du lait, une paire de chaussures."

Alexis Tsipras devrait donner plus de détails à l'occasion du discours de politique générale qu'il doit prononcer dans les jours qui viennent au Parlement. Selon Panos Skourletis, le gouvernement compte consulter syndicats et employeurs avant la mise en place de ces mesures.

Nikos Chountis, vice-ministre des Affaires étrangères chargé des affaires européennes, a réaffirmé dimanche qu'Athènes souhaitait désormais négocier directement avec les 27 autres membres de l'UE et avec le FMI sans passer par la "troïka", dont Jean-Claude Juncker souhaite lui aussi la dissolution, selon le quotidien allemand Handelsblatt.

La Grèce est censée recevoir 7,2 milliards d'euros, l'ultime tranche des programmes d'assistance d'un montant total de 240 milliards négociés depuis la crise de 2009, sous réserve d'en accepter les conditions.

Erkki Liikanen, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a prévenu samedi que l'institution de Francfort pourrait fermer les robinets aux banques grecques si le-dit programme, déjà étendu de deux mois, n'est pas prolongé après la fin février.

Athènes, qui n'a pas accès aux marchés obligataires, doit rembourser environ dix milliards d'euros à divers créanciers cet été.

(Avec Jean-Baptiste Vey et Marc Joanny à Paris, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.919 +0.16%
0.08 +60.00%
207.1 +0.44%
34.14 +0.93%
0.605 -1.63%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.