1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Grèce atteindra son objectif de privatisation en 2013
Reuters16/12/2013 à 18:59

ATHÈNES DEVRAIT ATTEINDRE SON OBJECTIF DE PRIVATISATION EN 2013 MALGRÉ LE GAZIER DEPA

ATHENES (Reuters) - La Grèce est bien partie pour atteindre cette année son objectif de recettes de privatisations, qu'elle a abaissé par deux fois, mais elle aura peut-être du mal à relancer un appel d'offres en vue de vendre le gazier Depa, a dit lundi le directeur de l'agence des privatisations.

Athènes a lancé un programme de privatisations en 2010, l'une des composantes de son plan de renflouement international, mais a connu de ce point de vue des fortunes diverses.

L'objectif de recettes de privatisation a été ramené à 1,3 milliard d'euros cette année, soit moitié moins que ce qui avait été projeté dans un premier temps, en raison surtout de l'absence d'offres contraignantes pour Depa.

"Nous atteindrons l'objectif de 1,3 (milliards d'euros)", a dit à Reuters Constantinos Maniatopoulos, quatrième directeur de l'agence des privatisations en deux ans et en poste depuis deux mois.

La Grèce vise un produit des privatisations de quelque 24 milliards d'euros d'ici 2020 et ce afin de réduire une dette qui dépasserait 175% du PIB en 2013 de relancer une économie mise à genoux par l'austérité imposée par un programme de renflouement international de 240 milliards d'euros.

Elle a levé 960 millions d'euros depuis le début de l'année et compte encaisser encore 260 millions d'euros d'ici la fin de l'année. Le programme a subi un revers sérieux en juin lorsque le gazier russe Gazprom a finalement décidé de ne pas racheter Depa.

"La Russie a dit qu'elle serait intéressé par un nouvel appel d'offres; nous verrons bien mais c'est difficile à faire s'il n'y a qu'un seul candidat", a dit Maniatopoulos.

Angeliki Koutantou, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Nicolas Delame

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • boudet
    16 décembre19:05

    960+260 cela ne fait pas 1300 mais 1220. Pas étonnant qu'ils soient en difficulté. Ils ne peuvent pas demander d'aide à la France pour apprendre à compter car c'est encore pire chez nos dirigeants.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer