Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La gauche en quête de crédibilité budgétaire

Reuters27/09/2012 à 11:14

LES NOUVELLES TRANCHES D'IMPOSITION

par Jean-Baptiste Vey et Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Le projet de budget 2013 présenté vendredi a pour principal objectif de ramener le déficit public à 3% de la richesse nationale mais les 20 milliards d'euros d'impôts nouveaux et 10 milliards d'économies prévus ne suffiront pas si la croissance s'effondre, comme le redoutent certains économistes.

Plusieurs analystes interrogés par Reuters estiment que le net ralentissement de l'activité - la croissance a été nulle en France les trois derniers trimestres et s'annonce du même ordre pour la fin de l'année - empêchera le gouvernement de réduire ce déficit de 4,5% attendu fin 2012 à 3% en 2013.

Mais ils ajoutent que les efforts menés devraient permettre d'atténuer l'impact sur la crédibilité de la France.

A tout le moins, ils s'attendent à des correctifs budgétaires courant 2013, à mesure que la prévision de croissance gouvernementale sera révisée en baisse, ce qui leur paraît inéluctable.

A 0,8%, cette prévision est quasiment le double du consensus des économistes. Elle est le principal facteur d'incertitude du projet de budget, chaque dixième de point de pourcentage de produit intérieur brut en moins imposant un effort supplémentaire d'un milliard d'euros pour tenir les déficits.

"Les tours de vis annoncés ne vont pas suffire pour atteindre les 3% mais ce n'est pas plus mal", estime Ludovic Subran, économiste chez l'assureur crédit Euler Hermes, qui appelle à préserver le peu de croissance envisageable.

Pressé par des économistes et l'aile gauche de sa majorité de différer le retour à 3%, le gouvernement a fait le choix de le confirmer pour conserver la faveur des marchés financiers et de ses partenaires allemands.

"Le gouvernement sait très bien que s'il ne se tient pas à ce réalisme économique, derrière, il y aura les marchés financiers et la Commission européenne qui l'attendent au tournant", a déclaré Dominique Barbet, économiste chez BNP Paribas, lors d'une présentation.

COHÉRENT AVEC LA COUR DES COMPTES

Le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, l'a réitéré mardi devant les députés. "Ces engagements, nous les tiendrons car il y va de la réputation de la France et de la qualité de sa signature", a-t-il dit.

Malgré la dégradation de sa note par l'agence Standard and Poor's, la France s'est en effet financée ces derniers mois à des taux exceptionnellement favorables, et même négatifs sur des durées courtes, ce qui lui a permis de réaliser au moins 1,4 milliard d'euros d'économies.

Pour Ludovic Subran, "à 3,5% de déficit on continuerait de rassurer les marchés". "1,5 point de réduction c'est beaucoup et si on veut arriver à 3%, on aura une croissance zéro en 2013, et là ça devient dangereux", prévient l'économiste.

Les économistes de JP Morgan estiment eux aussi que "le dérapage est probable" et attendent un déficit à 3,3% du PIB.

Au total, l'effort de redressement prévu pour 2013 serait d'environ 37 milliards d'euros, le gouvernement attendant, en plus des 30 milliards annoncés par François Hollande pour le budget 2013, environ 7 milliards du budget rectificatif voté en juillet.

Le chiffre est cohérent avec les estimations de la Cour des comptes, qui calculait en juin qu'il faudrait trouver 33 milliards d'euros pour atteindre 3% de déficit si la croissance était de 1% en 2013, 38,5 milliards si elle était de 0,5% et 44 milliards si elle était nulle.

Si l'ampleur du redressement est contestée pour le risque de spirale récessive qu'elle fait peser sur le pays, le choix de privilégier les hausses d'impôts aux économies inquiète aussi certains économistes.

"L'EFFROI" DU MEDEF

Les efforts prévus dans le projet de loi de finances se répartissent en 10 milliards d'impôts supplémentaires sur les ménages et autant sur les entreprises, alors que les économies sur le train de vie de l'Etat apporteront le reste.

Cette répartition a provoqué l'"effroi" des chefs d'entreprise, selon les mots de la présidente du Medef.

"Nous craignons que les ménages et les entreprises adoptent des comportements qui ne seront pas favorables à la consommation ou à l'investissement, et donc à la stimulation de la croissance", a dit Laurence Parisot.

"Nous ne nous attaquons toujours pas au coeur du problème", la dépense publique, qu'il faudrait selon elle réduire deux fois plus qu'on augmente les impôts.

Le gouvernement fait valoir en retour qu'il a choisi de cibler les ménages les plus aisés et les grandes entreprises pour préserver autant que faire se peut la consommation et l'activité des PME.

Symboliquement, une tranche d'imposition à 45% sera créée pour les revenus supérieurs à 150.000 euros et ceux dépassant un million d'euros seront taxés à 75%. Surtout, le barème de l'impôt sur le revenu sera gelé, celui de l'impôt de solidarité sur la fortune sera relevé et le plafond de niches fiscales abaissé.

Pour les entreprises, "les PME-PMI sont non seulement préservées mais aidées", a assuré Pierre Moscovici.

Côté économies, le gouvernement n'a pas vraiment précisé comment il comptait parvenir à 10 milliards d'euros, expliquant simplement que tous les ministères devraient se serrer la ceinture, à l'exception de l'Education, de la Justice et des missions de sécurité.

Les règles de maîtrise des dépenses ont été fixées pour l'ensemble du quinquennat, avec pour horizon l'équilibre des comptes publics fin 2017, pour la première fois depuis 1974.

La hausse de l'ensemble de la dépense publique serait limitée à 0,8% par an en moyenne sur le quinquennat et les dépenses de l'Etat seraient gelées en valeur, hors dette et pensions.

"On fait une politique de coupes fortes, d'économies de dépenses puissantes", a dit Pierre Moscovici, en excluant toutefois de suivre l'exemple de pays en crise comme l'Italie et l'Espagne. "Je ne veux pas d'une politique d'austérité, c'est-à-dire une politique qui touche les salaires, qui affaiblit l'Etat, qui paupérise l'Etat, qui touche le pouvoir d'achat."

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale, présenté le 10 octobre en conseil des ministres, apportera lui aussi son lot d'économies, annoncées à 2,5 milliards d'euros.

Edité par Yves Clarisse


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.