Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La garantie de l'Etat au CIF au-dessus de 20 milliards d'euros

Reuters02/09/2012 à 22:23

LE PLAFOND DE LA GARANTIE DE L'ÉTAT AU CIF AU-DESSUS DE 20 MILLIARDS D'EUROS

PARIS (Reuters) - Le plafond de la garantie accordée par l'Etat au Crédit immobilier de France sera supérieur à 20 milliards d'euros, a-t-on appris dimanche de source proche du dossier.

L'établissement ne pourra plus octroyer de prêts en contrepartie de cette garantie, a-t-on ajouté de même source.

Faute d'avoir pu trouver un repreneur, le CIF "n'a pas la solidité qui lui permettrait d'avoir accès à suffisamment de liquidités", a dit la source.

"En contrepartie de la garantie apportée par l'Etat, le CIF ne pourra pas octroyer de nouveaux prêts", a-t-elle ajouté.

Le ministère de l'Economie a annoncé samedi que le gouvernement apporterait sa garantie au CIF, dont les tentatives pour trouver un repreneur n'ont pas abouti.

Le CIF a demandé une garantie publique après avoir examiné les "conséquences très lourdes" de sa dégradation de trois crans par Moody's, a dit la banque dans un communiqué.

Le CIF s'est engagé dimanche dans un communiqué à respecter ses engagements financiers tout en remerciant l'Etat de lui porter secours.

La garantie sera mise en place sous réserve de l'autorisation de la Commission européenne et du Parlement, qui sera saisi dans le cadre de la plus prochaine loi de finances, a-t-on précisé à Bercy.

La Banque postale ayant renoncé pour le moment à racheter le CIF, dont les difficultés de refinancement l'obligent à trouver un repreneur, le prêteur immobilier a appelé l'Etat à la rescousse.

NOUVEAU PDG

Le PDG du CIF, Claude Sadoun, a été contraint de quitter ses fonctions vendredi soir lors d'un conseil d'administration de crise.

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a "pris acte de la nomination de Bernard Sevez en qualité de nouveau président-directeur général" et "s'attend à ce que l'ancien dirigeant du CIF renonce à toute indemnité", précise Bercy.

Selon latribune.fr, Bernard Sevez a déjà signé à Claude Sadoun un chèque de 1,5 million d'euros. Le CIF a démenti avoir versé un tel chèque, précise le quotidien en ligne.

Jean-Marc Ayrault est revenu dimanche soir sur ce dernier point.

"L'actuel responsable a en l'occurrence aussi sa part de responsabilité donc il faut que les règles, là aussi, soient respectées et que ce dirigeant s'en aille sans indemnité et sans récompense comme une retraite-chapeau, ce qui serait profondément scandaleux", a dit le Premier ministre sur France Inter.

Le CIF est un petit réseau bancaire de 300 agences mais plus de 30 milliards d'euros d'emprunts portent sa signature.

Ne bénéficiant d'aucun dépôt bancaire, il est dépendant des marchés financiers pour trouver des sources de refinancement. Mais avec la crise que traverse la zone euro, l'agence Moody's estime que le groupe n'est plus viable sans soutien financier.

Pour Bercy, le modèle de financement quasi-exclusif par le marché a été fragilisé par la crise et se trouve aujourd'hui remis en cause par les nouvelles normes prudentielles "Bâle III".

Depuis la suspension début mai de la cotation de plusieurs obligations sécurisées émises par CIF, les rumeurs d'adossement et de fusion du groupe s'étaient intensifiées, faisant craindre une nouvelle défaillance bancaire en France après le démantèlement de Dexia, décidé à l'automne dernier.

Le sauvetage du CIF ne devrait pas coûter d'argent aux contribuables car l'établissement est fortement capitalisé, a confirmé dimanche Jean-Marc Ayrault.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.109 +22.71%
CGG
2.372 -0.84%
1.178 +0.03%
19.568 -1.73%
5.288 0.00%
14.875 +4.06%
369.87 +0.54%
3792.38 +0.27%
294.68 -0.65%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.