Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La fusion AB InBev-SABMiller réveille les brasseurs japonais

Reuters15/10/2015 à 12:48

par Emi Emoto et Ritsuko Shimizu TOKYO, 15 octobre (Reuters) - Le projet de fusion entre Anheuser-Busch InBev ABI.BR et SABMiller SAB.L , qui donnera naissance à une entité produisant près d'un tiers des bières consommées dans le monde, est susceptible de réveiller les ambitions internationales des brasseurs japonais, à l'étroit dans un marché domestique saturé. Asahi Group 2502.T , Kirin 2503.T et leurs concurrents locaux détiennent plus de 90% du marché de la bière japonais, mais leur présence est insignifiante à l'international malgré leurs promesses répétées de croître davantage à l'étranger. Si AB InBev et SABMiller réussissent effectivement à se marier, les brasseurs japonais seront confrontés à un concurrent mondial encore plus redoutable à l'international. Mais si, pour aboutir à leurs fins, les numéro un et deux mondiaux de la bière sont contraints de céder des actifs, alors Asahi, Kirin et Suntory, entreprise non cotée, seront sur les rangs pour les racheter, ont dit à Reuters des sources proches du dossier. "Cela donnera aux brasseurs japonais l'occasion d'aller de l'avant avec leurs projets de développement à l'international", a déclaré Yoshiyasu Okihira, analyste chez SMBC Nikko. Kirin, numéro deux japonais de la bière, a racheté en août dernier Myanmar Brewery, premier brasseur de la Birmanie, pour 560 millions de dollars (490 millions d'euros). Et, en 2014, Suntory a déboursé 16 milliards de dollars pour mettre la main sur le groupe de spiritueux américain Beam. La morosité du marché de la bière japonais, qui se dirige tout droit vers une 19e année de contraction de suite, pourraint pousser les brasseurs locaux à accélérer leur développement à l'international. ASAHI ET SUNTORY À L'AFFÛT Des banquiers ont déjà évoqué avec eux de possibles acquisitions, Asahi et Suntory se montrant les plus intéressés, ont précisé les sources déjà citées. L'une d'entre elles a noté qu'Asahi était intéressé par le rachat des marques de boissons non-alcoolisées en Europe. Asahi et Kirin ont refusé de commenter. Un porte-parole de Suntory a dit : "Le paysage concurrentiel a changé (...) ce qui entraîne de nouvelles fusions-acquisitions", sans dire quoi que ce soit au sujet d'éventuels projets du groupe. La plupart des actifs qu'AB InBev et SABMiller sont susceptibles de devoir vendre se trouvent surtout aux Etats-Unis et en Chine. Même si les brasseurs japonais regardent plus naturellement du côté de l'Asie du Sud-Est, où le marché de la bière connaît une forte croissance, ils sont également intéressés par les Etats-Unis et la Chine, estiment des analystes financiers. "Il ne s'agit pas juste d'acheter une marque mais surtout un réseau de distribution. Les entreprises japonaises vendent déjà leurs bières aux Etats-Unis mais dans des lieux bien précis comme les restaurants japonais", a noté Satoshi Fujiwara, analyste chez Nomura Securities. Il ajoute que toute vente d'actif d'AB InBev ou de SABMiller pourrait se faire au prix fort, ce qui veut dire que les brasseurs japonaises n'emporteront pas forcément le morceau. Certains observateurs disent que Kirin pourrait se montrer prudent en matière d'acquisitions, le groupe éprouvant toujours des difficultés à dégager des bénéfices du rachat en 2011 d'une participation de contrôle dans le brésilien Schincariol pour quelque 2,6 milliards de dollars. (Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Valeurs associées

Mes listes

valeur

dernier

var.

26.36 +1.07%
0.344 -0.52%
1.968 +0.72%
17.2 -2.27%
3.99 -4.55%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.