Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France prône la transformation du FESF en banque

Reuters13/10/2011 à 15:56

PARIS (Reuters) - Faire du Fonds européen de stabilité financière (FESF) une banque serait la meilleure solution pour répondre à la crise touchant la zone euro mais d'autres pistes seront envisagées si l'Allemagne y est trop hostile, a déclaré jeudi une source au ministère français de l'Economie.

La France est confiante dans la solidité de ses banques, mais elle n'est pas sourde aux demandes exprimées sur les marchés financiers, a-t-on ajouté de même source.

Dans l'hypothèse de l'ouverture d'un guichet public de recapitalisation des banques, elle n'est pas certaine que beaucoup d'établissements s'y présentent.

La source a ajouté que les nouvelles informations concernant la situation financière de la Grèce, plus dégradée que prévu, devraient se traduire par un relèvement du niveau de la décote demandée aux créanciers privés sur les titres grecs.

"Ce sera probablement plus haut que le 21%" prévu, a-t-elle dit, ajoutant que la priorité absolue pour la réussite du G20 est de trouver des éléments de stabilité de la zone euro.

Les propositions franco-allemandes en ce sens seront présentées au Conseil européen du 23 octobre et les équipes des Trésors français et allemand travaillent sur les pistes de recapitalisation des banques et la "maximisation" de la puissance du FESF, doté de 440 milliards d'euros.

L'Allemagne refusant que la taille du Fonds soit augmentée, l'application d'un effet de levier est examinée.

"Nous pensons que la piste évidemment la plus solide est que le Fonds devienne un établissement bancaire en collaboration avec la BCE et puisse avoir sa capacité de se servir d'un effet de levier", a dit la source.

"Mais c'est une hypothèse incertaine parce que la BCE a déjà émis une opinion négative. On continue à discuter, je pense que c'est ce qui marcherait le mieux", a-t-elle déclaré.

PAS DE RELANCE EN FRANCE

"L'idée n'est pas d'avoir 2.000 milliards d'euros dans le Fonds", poursuit-on à Bercy. "L'idée est d'avoir un effet levier qui engage le soutien d'autres fonds européens ou internationaux."

L'objectif serait que "si un Etat met un, on pourrait avoir plus trois ou plus quatre d'autres partenaires du Fonds".

Dans les réflexions sur la "maximisation" de la puissance du FESF, garantir une partie de la dette italienne, par exemple, est une initiative qui peut être envisagée;

Les banques françaises sont solides et n'ont de problème ni de liquidité ni de solvabilité, a-t-elle ajouté, mais la France n'est pas sourde aux demandes de recapitalisation des banques.

Les banques françaises devraient pouvoir trouver en elles-mêmes les fonds éventuellement nécessaires, ou lever elles-mêmes des capitaux privés. Si besoin, une recapitalisation ordonnée au niveau européen est envisageable et les outils nationaux pour le faire sont en place.

Pour réduire les déséquilibres mondiaux, une des priorités de la présidence française du G20, les pays présenteront deux ou trois mesures significatives, comme par exemple des engagements budgétaires ou au contraire des mesures de relance pour ceux qui le peuvent. Ces mesures seront présentées au G20 de Cannes des 3 et 4 novembre.

A cet égard, la France ne fait pas partie des pays pouvant se permettre de relancer l'économie, a précisé la source.

Concernant la Grèce, un événement de crédit qui déclencherait le paiement des CDS ne serait pas acceptable pour la France, alors qu'un défaut sélectif pourrait être géré.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.