Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France ouvre d'importantes archives liées au Rwanda
Reuters07/04/2021 à 18:35

PARIS, 7 avril (Reuters) - Vingt-sept ans jour pour jour après le début du génocide rwandais, le 7 avril 1994, la France a annoncé mercredi l'ouverture d'importantes archives sur le Rwanda relatives à la période 1990-1994.

"Le président de la République a décidé, par dérogation générale, l'ouverture des archives présidentielles de Monsieur François Mitterrand relatives au Rwanda entre 1990 et 1994, qui sont désormais librement accessibles", a annoncé l'Elysée dans un communiqué, ajoutant que cet accès était également étendu aux archives de l'ancien Premier ministre Edouard Balladur.

La présidence a également précisé que tous les documents cités dans le rapport d'historiens rendu public le 26 mars dernier, qui pointe de graves dysfonctionnements dans l'appréciation de la situation et la prise de décisions par la France à l'époque, seront également "rendus communicables, à l'issue d'un travail de déclassification par les ministères concernés" (Affaires étrangères, Armées, Economie et Culture).

Selon l'Onu, environ 800.000 personnes, Tutsis et Hutus modérés, ont été tuées en trois mois lors de massacres déclenchés après l'attentat contre l'avion du président hutu Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994.

La commission présidée par l'historien Vincent Duclert a écarté l'hypothèse d'une complicité de génocide de la France dans le génocide mais critiqué une gestion de crise hyper centralisée au niveau de l'Elysée, dont le locataire était alors François Mitterrand, lequel entretenait "une relation forte, personnelle et directe" avec le président Habyarimana.

Dans leurs conclusions, les auteurs du rapport pointent des "responsabilités institutionnelles" auxquelles s'ajoutent "des responsabilités intellectuelles qui, cumulées, font système et témoignent d'une défaite de la pensée".

L'Elysée espère que ce travail, fruit des travaux menés pendant deux ans par 14 chercheurs à la demande d'Emmanuel Macron, ainsi que l'ouverture des archives annoncée mercredi, contribuera à apaiser les relations entre Paris et Kigali.

(Jean-Stéphane Brosse, avec Elizabeth Pineau, édité par Jean-Michel Bélot)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer