1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La fourniture de missiles S-300 à Damas pas à l'ordre du jour, dit Moscou
Reuters11/05/2018 à 13:34

    MOSCOU, 11 mai (Reuters) - La fourniture à la Syrie de
systèmes de missiles sol-air S-300 n'est pas à l'ordre du jour,
déclare au quotidien russe Izvestia Vladimir Kojine, conseiller
du président Vladimir Poutine chargé de la coopération militaire
avec les pays étrangers.
    Le mois dernier, à la suite de frappes aériennes
occidentales en Syrie, Moscou n'avait pas exclu de fournir des
S-300 à l'armée du président Bachar al Assad.   
    Les déclarations de Vladimir Kojine font suite à la visite
du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu mercredi
dernier à Moscou. A l'issue de sa rencontre avec Poutine,
Netanyahu avait jugé peu probable que la Russie tente de limiter
les opérations militaires israéliennes en Syrie.  
    "Pour l'instant, il n'est pas question de livraison de
nouveaux systèmes modernes (de défense aérienne à la Syrie)", a
déclaré Vladimir Kojine aux Izvestia. "L'armée syrienne a déjà
tout ce dont elle a besoin", a-t-il ajouté.
    Le Kremlin a tenu vendredi à souligner qu'il ne s'agissait
nullement d'un virage à 180 degrés sur ce dossier.
    "Nous n'avons jamais annoncé de livraison (de S-300 à la
Syrie)", a dit le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Nous
avons simplement déclaré qu'après les frappes (occidentales), la
Russie se réservait évidemment le droit de faire tout ce qu'elle
jugerait nécessaire."
    Israël craint que si l'armée syrienne se dote de S-300, cela
compliquera les frappes de Tsahal en Syrie contre les convois
d'armes destinés aux miliciens chiites libanais du Hezbollah,
alliés de Damas et soutenus par l'Iran.
    L'armée israélienne a frappé dans la nuit de mercredi à
jeudi presque toutes les infrastructures militaires de l'Iran en
Syrie à la suite de tirs de roquettes sur le plateau du Golan,
territoire syrien annexé en 1981 par l'Etat hébreu.  
  

 (Andrew Osborn avec Denis Pinchuk; Guy Kerivel pour le service
français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

53.84 +3.14%
13.716 -1.22%
36.725 +4.33%
14.77 +9.25%
CGG
0.8992 +7.56%

Les Risques en Bourse

Fermer