1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La fourchette de prix d'entrée en Bourse d'ABN Amro rétrécie
Reuters18/11/2015 à 19:28

LA FOURCHETTE DE PRIX INDICATIVE DE LA COTATION D'ABN AMRO RÉDUITE

AMSTERDAM (Reuters) - L'Etat néerlandais pourrait lever jusqu'à 3,5 milliards d'euros de la cession de sa participation de 23% dans ABN Amro, les responsables de l'introduction en Bourse de la banque prévue le 20 novembre ayant réduit la fourchette de prix indicative, ont dit mercredi à Reuters des sources proches du dossier.

Les banques chargées de l'opération ont ramené la fourchette de prix indicative de 16-20 euros à 17-19 euros, impliquant une capitalisation boursière de 15,5 milliards d'euros au plus.

Le ministre des Finances Jeroen Dijsselbloem, qui avait donné son feu vert définitif à la mise en vente de 23% du capital du groupe bancaire, avait reconnu que le contribuable ne récupérerait pas les 22 milliards d'euros qu'a coûté son renflouement.

ABN Amro était l'une des trois principales banques des Pays-Bas et un acteur majeur du secteur bancaire sur le plan mondial lorsqu'elle a été rachetée et démantelée en 2007 dans le cadre d'une opération hostile de 71 milliards d'euros, la plus importante à l'époque de l'histoire bancaire.

Cette prise de contrôle s'est révélée désastreuse aussi bien pour ABN Amro que pour ses acquéreurs, Royal Bank of Scotland, elle-même nationalisée par la suite par le gouvernement britannique, l'espagnole Santander et la défunte Fortis.

En pleine crise financière mondiale, ce qu'il restait d'ABN Amro a été repris un an plus tard par l'Etat néerlandais.

Le directeur général Gerrit Zalm a supprimé des milliers d'emplois et recentré la banque sur le marché néerlandais, où elle réalise 80% de son bénéfice et affronte la concurrence d'ING et de Rabobank.

(Thomas Escritt et Freya Berry, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

41.925 +0.79%
1.13415 +0.19%
66.97 +0.04%
25.335 +1.42%
2.138 -0.65%

Les Risques en Bourse

Fermer