Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La flambée des cours des céréales met les éleveurs sous pression

Reuters10/08/2012 à 03:29

LA FLAMBÉE DES COURS DES CÉRÉALES PÈSE SUR LES ÉLEVEURS

par Francois Charlottin

PARIS (Reuters) - La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) et la Confédération française de l'aviculture (CFA) demandent une revalorisation des prix de vente de la volaille et du porc face à la flambée des cours des céréales qui pèse de plus en plus sur les coûts des éleveurs.

La sécheresse qui frappe la majeure partie des régions agricoles aux Etats-Unis, la plus grave depuis 1956, et les incertitudes pesant sur les récoltes des pays du pourtour de la Mer Noire ont engendré ces derniers mois une augmentation vertigineuse des prix. Depuis début juin, les cours mondiaux du blé et du maïs ont crû de 50%, ceux du soja de 20%.

Cette explosion touche directement les éleveurs français, notamment dans le secteur de l'aviculture.

"(Les volailles) sont des céréales sur pattes, dans le coût de production, l'alimentaire représente près de 65% de la dépense", fait valoir Christiane Lambert, première vice-présidente de la FNSEA.

Dans le cas de l'élevage porcin, ajoute-t-elle, la part de l'alimentation du bétail dans le prix de revient, également très élevée, est passée de 60% à 70% ces derniers mois.

Malgré une hausse de leur prix de vente, les éleveurs de porc restent sous pression. "L'aliment a plus augmenté que le prix du porc, donc cela ne solutionne rien", affirme Christiane Lambert. "Le risque, ce sont des faillites chez un certain nombre de producteurs."

Pour faire face, la première fédération syndicale agricole française réclame un geste de la grande distribution, notamment dans le cadre des accords sur la répercussion de la volatilité du prix des matières premières signés le 3 mai 2011 sous l'égide du ministre de l'Agriculture de l'époque, Bruno Le Maire.

LE GOUVERNEMENT "JUGE DE PAIX"

"La gravité de la situation impose que les négociations commerciales aboutissent au plus vite. Sans cela, la contractualisation entre la production et les usines d'abattage va exploser", prévenait Michel Prugue, président de la CFA, syndicat affilié à la FNSEA, dans un communiqué diffusé fin juillet.

D'après la FNSEA, pour retrouver un niveau de rentabilité suffisant, il faudrait par exemple que le prix du kilo de rôti de porc augmente pour le consommateur de 56 centimes, soit une hausse de près de 9% par rapport au prix actuel. Pour le poulet, il faudrait une hausse de 25 centimes par kilo, soit un peu plus de 6% d'augmentation.

Début juillet, le président de la FNSEA Xavier Beulin a écrit aux acteurs de la grande distribution pour leur demander d'engager des négociations. Sans réponse jusqu'ici, selon Christiane Lambert, qui pense donc que l'Etat doit prendre ses responsabilités pour faire aboutir les négociations.

"A un moment donné, le gouvernement devra jouer le rôle de juge de paix", renchérit Christian Marinov, directeur de la CFA.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, se disant préoccupé par la flambée des cours des céréales, a fait savoir le 28 juillet qu'il saisissait le Système d'information sur les marchés agricoles (AMIS), une instance issue du G20 dont la France assure actuellement la présidence.

L'AMIS n'a pas autorité pour imposer des baisses de prix et il n'existe pas actuellement d'instance internationale en mesure de contrôler directement l'évolution des cours des matières premières agricoles.

Edité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.