Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

La demande mondiale de pétrole devrait décliner avant 2030, selon TotalEnergies
information fournie par AOF27/09/2021 à 16:25

(AOF) - Dans la perspective de la COP26, TotalEnergies entend contribuer au débat sur la transition énergétique avec deux nouveaux documents qui visent à apporter une meilleure compréhension du système énergétique mondial : le " Panorama des Énergies " et le " TotalEnergies Energy Outlook 2021 ". Le groupe estime, dans ses deux grands scénarios, que la demande de pétrole devrait atteindre un plateau avant 2030 puis décliner. Jusque-là, TotalEnergies situait ce pic "autour de 2030".

Selon la major française, la demande mondiale de pétrole devrait s'établir entre 40 et 64 millions de barils par jour en 2050 contre près de 100 millions en 2019.

Le gaz naturel va continuer de jouer un rôle clé en tant qu'énergie de transition, particulièrement lorsqu'il s'accompagne de solutions de captage de CO2 et de maîtrise des émissions de méthane.

Pour la compagnie "multi-énergies", la demande finale en énergie connait une électrification massive, impliquant une hausse de la demande en électricité d'origine renouvelable, solaire et éolienne, en forte croissance par rapport aux perspectives présentées en 2020.

La production électrique, dans l'un des scénarios du groupe, devrait ainsi plus que doubler d'ici 2050, avec l'éolien et le solaire qui représenteraient 85% environ des nouvelles capacités.

La demande en énergie, concomitante de la croissance de la population mondiale et du développement économique mondial, reste en progression constante, prévoit TotalEnergies.

En parallèle, les émissions baissent par rapport à 2020, les vecteurs énergétiques comme l'électricité dans le transport et l'hydrogène contribuant à une décarbonation plus conséquente de l'ensemble des secteurs.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Atteindre la neutralité carbone

En 2021 les compagnies pétrolières consacreront 4% de leurs dépenses aux énergies décarbonées, contre seulement 1% en 2020. Ces investissements restent néanmoins largement insuffisants pour lutter contre le changement climatique, prévient l'Agence internationale de l'énergie. Ils demeurent très inégaux selon les acteurs. Total va investir 3 milliards de dollars dans les énergies décarbonées et la génération d'électricité cette année, soit plus de 20% de ses dépenses. Le groupe prévoit une proportion d'au moins 15% en moyenne d'ici à 2025. Cette part est bien moindre pour les américains Exxon et Chevron ou pour les compagnies nationales des pays producteurs comme le saoudien Aramco, le russe Gazprom ou le brésilien Petrobras. Quant à Shell, la justice néerlandaise l'a récemment condamné à réduire ses émissions de 45% d'ici à 2030.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.25%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.