1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La décision de Trump sans conséquences pour le secteur pétrolier, dit Téhéran
Reuters10/05/2018 à 23:03

 (Actualisé avec nouvelle citation, contexte)
    ANKARA, 10 mai (Reuters) - Le revirement des Etats-Unis, qui
ont dénoncé mardi l'accord de 2015 sur le programme nucléaire
iranien, n'affectera pas les exportations pétrolières de la
République islamique, a assuré jeudi le ministre du Pétrole. 
    "La décision de Trump n'aura aucun impact sur nos
exportations de pétrole (...) Il s'agit maintenant d'une période
historique", a déclaré Bijan Zanganehat sur l'antenne de la 
télévision publique.
    "Si des étrangers investissent en Iran, le développement de
notre secteur pétrolier ira plus vite. Sinon, nous ne mourrons
pas (...) Je m'attends à ce que la production reste la même
jusqu'à la fin de cette année", a-t-il ajouté. L'année iranienne
s'achève le 20 mars.
    En dénonçant l'accord de Vienne, Donald Trump a promis non
seulement de rétablir les sanctions levées depuis son entrée en
vigueur, mais de les porter à leur "plus haut niveau". 
    Washington a précisé qu'elles seraient rétablies à l'issue
de périodes transitoires de 90 à 180 jours et qu'elles
concerneraient notamment le secteur pétrolier ainsi que les
transactions en dollar avec la banque centrale iranienne. 
    Le département du Trésor a annoncé dès jeudi que six
personnes et trois entreprises impliquées dans des opérations
financières au profit de la force Al Qods, corps d'élite des
gardiens de la Révolution iranienne, effectuées avec l'aide de
la banque centrale de Téhéran, seraient visées.  
    Avant l'accord de 2015, les sanctions internationales ont
fait baisser les exportations de pétrole iraniennes d'un million
de barils par jour (bjp), mais la République islamique est
redevenue devenue depuis un acteur majeur du secteur avec une
production de 3,81 millions de bpj en mars 2018.     

 (Parisa Hafezi, Jean-Philippe Lefief pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer