Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La croissance revue en hausse à 2,1% au 3e trimestre

Reuters24/11/2015 à 15:27

LE PIB AMÉRICAIN PROGRESSE DE 2,1% EN RYTHME ANNUALISÉ

WASHINGTON (Reuters) - La croissance économique aux Etats-Unis a été plus vigoureuse qu'estimé initialement au troisième trimestre, ce qui pourrait conforter la Réserve fédérale dans ses projets de relèvement des taux d'intérêt en décembre.

Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a progressé de 2,1% en rythme annualisé au troisième trimestre, a annoncé mardi le département du Commerce, qui avait estimé cette progression à 1,5% le mois dernier. Cette révision est conforme aux attentes des économistes.

Le département du Commerce explique notamment que, contrairement à ce qu'il pensait auparavant, les entreprises n'ont pas autant réduit leurs stocks.

La croissance a aussi profité de la révision à la hausse des dépenses d'équipement et des investissements dans la construction de logements.

Si la consommation des ménages a été légèrement révisée en baisse (+3,0%), elle est demeurée vigoureuse.

Cette expansion du PIB au troisième trimestre devrait permettre à l'économie américaine d'atteindre une croissance d'au moins 2% au second semestre de 2015, soit environ son potentiel de long terme.

Après les chiffres de l'emploi du mois d'octobre, nettement supérieurs aux attentes, et avec une demande intérieure robuste, la Fed pourrait relever ses taux pour la première fois en près de 10 ans lors de la prochaine réunion de son comité de politique monétaire (Fomc) les 15 et 16 décembre.

L'accumulation des stocks au troisième trimestre a représenté 90,2 milliards de dollars au lieu des 56,8 milliards estimés le mois dernier. En conséquence, la variation des stocks a amputé la croissance du PIB sur cette période de 0,59 point de pourcentage et non de 1,44 point comme estimé initialement.

Cela pourrait toutefois ne faire que reporter le problème sur le quatrième trimestre, dont la croissance risque de souffrir d'une réduction des stocks des entreprises.

BAISSE DES BÉNÉFICES DES ENTREPRISES

La consommation des ménages, qui représente plus des deux tiers de l'activité économique aux Etats-Unis, a crû de 3,0% au troisième trimestre, soit légèrement moins que la première estimation à 3,2%. Cette révision à la baisse reflète essentiellement des dépenses moindres dans les télécommunications et les services aux collectivités ("utilities").

Une mesure de la demande intérieure privée excluant le commerce extérieur, les stocks et les dépenses publiques a affiché une hausse toujours vigoureuse de 3,1%, bien qu'en baisse de 0,1 point de pourcentage par rapport à l'estimation du mois dernier.

Bien que certains signes témoignent d'un ralentissement des dépenses des ménages en début de quatrième trimestre, elles devraient continuer de profiter du resserrement du marché du travail, favorable aux salaires, de la hausse des prix immobiliers, qui gonfle le patrimoine des ménages, et de la faiblesse de l'inflation.

La croissance des exportations, freinée par la vigueur du dollar et la faiblesse de la demande mondiale, a été révisée en baisse à 0,9%. Avec des importations légèrement plus élevées qu'estimé initialement, le déficit commercial a pesé négativement sur la croissance du PIB à hauteur de 0,22 point.

L'administration américaine pensait auparavant que le commerce extérieur avait été neutre sur le PIB.

Les dépenses d'équipement des entreprises du secteur privé ont bondi de 9,5% et non de 5,3%.

Le département du Commerce a aussi annoncé une baisse de 1,6% des bénéfices imposables des entreprises au troisième trimestre alors qu'ils avaient progressé de 2,6% au cours des trois mois précédent. Pénalisés par le dollar fort et la baisse des cours du pétrole, les bénéfices sont en recul de 8,1% sur un an, soit leur plus forte baisse depuis le quatrième trimestre 2008.

(Lucia Mutikani; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


Mes listes

valeur

dernier

var.

2.79 -2.96%
0.269 -7.88%
8.1 0.00%
72.04 +2.65%
4.25 -0.23%
59.66 +1.08%
66.31 +0.67%
1.226 -9.32%
51.91 +1.49%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.