Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La croissance mondiale s'améliore mais reste fragile, dit le FMI

Reuters17/04/2012 à 19:57

LA CROISSANCE MONDIALE S'AMÉLIORE MAIS RESTE TRÈS FRAGILE, SELON LE FMI

par Stella Dawson

WASHINGTON (Reuters) - La croissance de l'économie mondiale s'améliore lentement avec l'accélération de la reprise aux Etats-Unis et une relative dissipation des tensions en Europe mais les risques restent élevés et l'embellie très fragile, estime le Fonds monétaire international (FMI).

Une résurgence de la crise de la dette souveraine au sein de la zone euro et une forte hausse des prix du pétrole liée à l'incertitude géopolitique pourraient facilement miner la confiance et remettre en cause l'amélioration de la trajectoire de croissance de l'économie mondiale, prévient le FMI dans ses Perspectives économiques mondiales publiées mardi.

"Avec une crise qui s'estompe et quelques bonnes nouvelles sur l'économie américaine, un peu d'optimisme est revenu. Il doit rester mesuré", prévient toutefois Olivier Blanchard, l'économiste en chef du FMI.

"Même en l'absence d'une nouvelle crise en Europe, la plupart des économies avancées sont confrontées à des freins majeurs à la croissance. Et le risque d'une nouvelle crise est toujours très présent et pourrait tout à fait affecter aussi bien les économies avancées que les émergentes", poursuit-il.

L'économie mondiale pourrait enregistrer une croissance de 3,5% cette année et de 4,1% en 2013, selon les prévisions du FMI qui anticipait une croissance de 3,3% et 3,9% respectivement en janvier, lorsque le spectre d'un défaut de la Grèce et d'une contagion à l'Espagne et l'Italie était encore présent.

La restructuration de la dette grecque est intervenue depuis, tandis que l'Italie et l'Espagne ont adopté des plans drastiques d'assainissement de leurs finances publiques et que les dirigeants de la zone euro ont renforcé les moyens mis à la disposition de leur mécanisme de renflouement, favorisant ainsi un apaisement des tensions sur les marchés financiers.

Dans le même temps, l'économie américaine accélère graduellement et la Chine, comme d'autres pays émergents, ralentit sans connaître d'atterrissages catastrophe, relève le FMI.

Une résurgence de la crise de la dette souveraine au sein de la zone euro pourrait précipiter une nouvelle poussée d'aversion au risque, réduisant de deux points de pourcentage la croissance mondiale en deux ans et de 3,5 points celle de zone euro, prévient le FMI.

Une hausse de 50% du prix du pétrole aurait comme conséquence d'amputer de 1,25% supplémentaire la croissance mondiale, selon l'organisation internationale

Afin de conforter la reprise mondiale, le FMI appelle les banques centrales des Etats-Unis, de la zone euro et du Japon à se tenir prêtes à de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire, demande aux gouvernements qui le peuvent de se montrer prudents dans le rythme de réduction des déficits budgétaires et presse l'Europe de recapitaliser ses banques en utilisant des fonds publics.

L'EUROPE FRAGILISÉE, AMÉLIORATION AUX ÉTATS-UNIS

Si les dirigeants européens ont enregistré "des progrès majeurs" dans la mise en place de pare-feu pour prévenir la contagion financière, la zone euro reste confrontée au défi d'assainir ses finances publiques et de rétablir la compétitivité de certains de ses pays membres sans affaiblir excessivement la croissance, avertit le FMI.

Les banques européennes réduisent aussi leur levier d'endettement, ce qui se traduira par une contraction de 2.600 milliards de dollars de leurs bilans dans les deux prochaines années mais coûtera environ 1 point de pourcentage de croissance en 2012.

"De mauvaises nouvelles sur le plan macroéconomique ou politique risquent toujours de déclencher le type de dynamique que nous avons connu à l'automne dernier", estime le FMI.

La zone euro devrait connaître une récession modérée en 2012, l'activité se contractant de 0,3%, puis renouer avec la croissance en 2013 avec une taux de 0,9%, selon le FMI qui anticipait une contraction de 0,5% et une croissance de 0,8% en janvier.

L'économie américaine "s'en sort par ses propres moyens", avec l'amélioration des conditions intérieures, estime le FMI qui relève que le rythme de croissance demeure contraint par l'endettement des ménages, le niveau élevé du chômage et un marché immobilier déprimé.

Le FMI a relevé sa prévision de croissance pour les Etats-Unis à 2,1% en 2012 et 2,4% l'année prochaine contre respectivement 1,8% et 2,2% en janvier. Le taux de chômage devrait se stabiliser sur son niveau actuel de 8,2% cette année pour baisser à 7,9% en 2013.

En dépit de ces améliorations, le sort des Etats-Unis demeure étroitement lié à celui de la zone euro, où une résurgence des difficultés amputerait la croissance américaine de 1,5 point de pourcentage.

"Une réapparition de la crise européenne liée au risque souverain et bancaire pourrait facilement miner le climat des affaires aux Etats-Unis, réduisant l'investissement et la demande et fragilisant la croissance", met en garde le FMI.

Les Etats-Unis sont aussi confrontés au nécessaire ajustement de leurs finances publiques, rappelle le FMI. "Un tel ajustement massif pourrait significativement saper la reprise économique", estime-t-il.

La prévision de croissance de l'économie chinoise a été confirmée à 8,2% cette année et 8,8% en 2013, la ralentissement attendu des exportations étant compensé par la vigueur de l'investissement et la croissance des dépenses de consommation d'une classe moyenne en pleine expansion.

Les économies émergentes et en développement devraient dans l'ensemble enregistrer une croissance de 5,7% cette année et de 6,0% en 2013 contre 5,4% et 5,9% attendus en janvier.

Leur défi sera d'éviter tout risque de surchauffe tout en se ménageant des marges de manoeuvre monétaire et budgétaire pour soutenir l'activité si la détérioration de la situation en zone euro et la hausse des prix du pétrole le rendaient nécessaire, estime le FMI.

Marc Joanny pour la version française, édité par Wilfrid Exbrayat

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.