Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La croissance espagnole revue en baisse pour 2010 et 2011

Reuters27/08/2012 à 19:02

RÉVISION À LA BAISSE DU PIB ESPAGNOL EN 2010 ET 2011

par Nigel Davies

MADRID (Reuters) - L'Espagne a revu en baisse les performances économiques qu'elle a réalisées en 2010 et 2011, montrent des statistiques officielles publiées lundi, ce qui pourrait compliquer la sortie de la récession, voire accroître le risque de voir Madrid solliciter une aide financière extérieure.

Le produit intérieur brut (PIB) de la quatrième économie de la zone euro s'est contracté de 0,3% en 2010 et n'a progressé que de 0,4% en 2011, selon les données révisées de l'institut officiel des statistiques INE.

Ces chiffres, inférieurs respectivement de 0,2 et 0,3 point de pourcentage à ceux publiés auparavant, ont provoqué un bref accès de faiblesse à la Bourse de Madrid, qui a ensuite effacé ses pertes.

Les analystes estiment toutefois que cette révision ne devrait pas avoir d'impact sur les prévisions officielles de PIB et de déficit public pour cette année, même si le consensus de marché risque de baisser.

"La seule révision que pourraient provoquer ces chiffres du PIB, c'est celle des prévisions des analystes privés", a déclaré Santiago Sanchez, économiste de l'université Carlos III de Madrid.

Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy avait porté en décembre, peu après son arrivée au pouvoir, sa prévision de déficit pour 2011 à 8% du PIB. En mai, il a estimé le déficit de l'an dernier à 8,9%.

Pour cette année, Madrid se fixe un objectif de 6,3% de déficit et s'attend à une contraction de 1,5% du PIB, des chiffres proches du consensus de marché.

Le Fonds monétaire international prévoit quant à lui une contraction de 1,7% de l'économie espagnole, retombée en récession au premier trimestre de cette année.

Les chiffres publiés lundi "ne modifient pas les perspectives globales pour l'Espagne mais constituent un motif de préoccupation supplémentaire dans le contexte actuel", note Tullia Bucco, économiste d'UniCredit.

Il précise toutefois qu'il sera important d'étudier sur quels trimestres ont majoritairement porté les révisions, ce qui pourrait fournir des indications plus claires sur l'évolution récente des perspectives de croissance.

Jeudi dernier, trois sources de la zone euro ont déclaré à Reuters que Madrid avait engagé des discussions avec ses partenaires sur les conditions d'un éventuel plan d'aide destiné à faire baisser ses coûts de financement, même si une décision sur une demande formelle n'avait pas été adoptée. Le gouvernement a réfuté ces informations vendredi.

L'Espagne a déjà conclu un accord en vue d'une aide extérieure susceptible d'atteindre 100 milliards d'euros pour ses banques, fragilisées par l'éclatement de la bulle immobilière.

L'INE explique que les nouveaux chiffres publiés lundi intègrent de nouvelles données structurelles et la réévaluation des chiffres préliminaires. Il précise que la révision de 2011 est due à des exportations moins fortes qu'initialement estimé.

La publication de ces chiffres précède celle, mardi, du PIB au deuxième trimestre, qui devrait confirmer une contraction de 0,4% par rapport aux trois premiers mois de l'année.

Avec Manolo Ruiz, Tangi Salaün et Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.